126 - Mozart, Madame et le chien (Quantus tremor est futurus).

Posté par le 13 octobre 2015 dans Ailleurs | 27 Réactions

Mozart, Madame et le chien (Quantus tremor est futurus).

J’aurais aimé croiser Mozart, non pas perruqué et poudré comme sur ce vilain chromo, mais échevelé et peuplé de mille élans. J’aurais aimé le surprendre discutant avec Casanova et Da Ponte du futur livret de son Don Giovanni. Ou encore, distillant en trémolos et syncopes, le terrible « Quantus tremor est futurus » de son Dies Irae. Ça ne coûte rien de rêvasser un brin. Madame, sur l’image, avec son sourire mince et sa voix fluette ne m’a pas parlé de Mozart. Le chien non plus ne m’en a rien dit. Ils n’ont pas évoqué davantage la vie qu’ils menaient...

Lire la suite →

123 - Never doubt never ask never moan.

Posté par le 3 novembre 2014 dans Paris | 20 Réactions

Never doubt never ask never moan.

There is no shame to show misery. What is shameful is to conceal it. Il n’y a pas de honte à montrer la misère. Ce qui est honteux, c’est de la dissimuler.

Lire la suite →

101 - Fête de l’Humanité.

Posté par le 17 janvier 2013 dans Paris | 24 Réactions

Fête de l’Humanité.

Un jour, m’arrachant inopinément de rêveries apaches, j’ai relevé la présence de ces deux dormeurs devant la sortie du métro à Lamarck-Caulaincourt. Sans les voir, j’étais passé cent fois dans les parages. C’est qu’on avance parfois et on se confronte aux autres comme on se torche. Ou alors, on trace en terrain précaire, bardé de trop de colères, d’infinies certitudes. J’ai des certitudes et j’ai des colères plus vieilles que le vent et je ne me soucie plus par-moments de ce qu’elles combinent et remuent dans leur bande. L’écœurement également est une...

Lire la suite →

80 - Quand la pluie…

Posté par le 25 octobre 2011 dans Bruxelles | 41 Réactions

Quand la pluie…

L’image présentée ici a été réalisée avec un compact. S’il y a une chose que je me refuse à faire absolument en abordant les sans-abris c’est de chercher la mise en scène et plus généralement la performance technique. Je ne cherche pas non plus le regard. Dans nos sociétés, il n’existe pas de dialogue avec les sans-abris. Je n’en inventerai donc pas. Je ne veux montrer que ce que l’on peut éventuellement se permettre d’échanger de part et d’autre : la gêne ou l’indifférence.

Lire la suite →

67 - « Perche se libero un uomo muore… »

Posté par le 22 juin 2011 dans Paris | 20 Réactions

« Perche se libero un uomo muore… »

Tu t’es simplement assoupi sur le trottoir. Tu ne sais trop s’il vente, s’il va pleuvoir, s’ils ont indexé encore le prix du diesel ou si les touristes se sont pressés plus nombreux sur le plateau de Beaubourg cette année. Tu t’en fiches. Tu avais simplement envie de piquer un somme sur le trottoir. Tu ne sais pas davantage s’ils ont fini par faire la peau à ce sacré Saddam, à Ben Laden, à Kadhafi ou si tous ces gens-là sont redevenus copains. Tu t’en fiches également. Toi, ces oiseaux-là ne te font pas peur. Que pourraient-ils te faire ? Tu n’as pas besoin de mots,...

Lire la suite →