81 - LE CENERI DEL PADRE : 9. … Et que la joie demeure.

Posté par le 7 novembre 2011 dans Piombino e dintorni, Projet : les cendres de mon père | 46 Réactions

LE CENERI DEL PADRE : 9. … Et que la joie demeure.

Il faudrait pouvoir ne jamais oublier la douleur. La conserver comme une chose précieuse, intime, l’alimenter méthodiquement, la questionner, la brusquer quelquefois autant qu’elle nous brusque. Il faudrait pouvoir lutter pied à pied avec la douleur et que pourtant la joie demeure.

Lire la suite →

72 - LE CENERI DEL PADRE : 3. « Da qua se ne vanno tutti ! »

Posté par le 1 août 2011 dans Piombino e dintorni, Projet : les cendres de mon père | 38 Réactions

LE CENERI DEL PADRE : 3. « Da qua se ne vanno tutti ! »

J’aime à me rappeler parfois que mon père, Francesco Carbocci, est venu au monde dans une cuisine. Je suppose que tous les enfants d’ouvriers agricoles étaient conçus et naissaient entre le foin et la charrue en ces temps-là. Mais, excepté mon père, je n’ai jamais entendu parler de quiconque ayant eu l’impertinence de pointer le nez directement entre les fettuccini et la polenta.

Lire la suite →