130 - Ciò che mi spetta.

Posté par le 30 octobre 2015 dans Ailleurs | 55 Réactions

Ciò che mi spetta.

Il y a toujours en toi – même lorsque tu t’agites dans la grisaille et la vie dure – un être qui sommeille dans la lumière. Tu sais le prix que l’on accorde aux choses, tu connais les règles, mais tu ne veux que ce qui te revient. Alors, le sommeil t’accoutre d’une joie sauvage. Et tu y attrapes ta part de rêve, tu t’empares de ta place au...

Lire la suite →

126 - Mozart, Madame et le chien (Quantus tremor est futurus).

Posté par le 13 octobre 2015 dans Ailleurs | 27 Réactions

Mozart, Madame et le chien (Quantus tremor est futurus).

J’aurais aimé croiser Mozart, non pas perruqué et poudré comme sur ce vilain chromo, mais échevelé et peuplé de mille élans. J’aurais aimé le surprendre discutant avec Casanova et Da Ponte du futur livret de son Don Giovanni. Ou encore, distillant en trémolos et syncopes, le terrible « Quantus tremor est futurus » de son Dies Irae. Ça ne coûte rien de rêvasser un brin. Madame, sur l’image, avec son sourire mince et sa voix fluette ne m’a pas parlé de Mozart. Le chien non plus ne m’en a rien dit. Ils n’ont pas évoqué davantage la vie qu’ils menaient...

Lire la suite →

125 - FH + MC.

Posté par le 8 octobre 2015 dans Ailleurs | 29 Réactions

FH + MC.

Elle ne posait pas, Marion. La photo posée – tu le sais bien – ce n’est pas ma tasse de gnôle. Je veux de l’authentique. Je me plante parfois, mais le plantage lui-même en somme demeure rigoureusement authentique. Nous voilà donc, à Mulhouse, dans ce magasin de fringues de la rue du Sauvage. Savais-tu que la rue commerçante de Mulhouse s’appelait la rue du Sauvage ? Ça en jette, je trouve. Ça dit quelque chose sur les motivations du boutiquier mulhousien et sur sa clientèle. Bref ! Tu vois le topo ? Les dames qui tracent leur petit itinéraire sinueux de la collection...

Lire la suite →