72 - LE CENERI DEL PADRE : 3. « Da qua se ne vanno tutti ! »

Posté par le 1 août 2011 dans Piombino e dintorni, Projet : les cendres de mon père | 38 Réactions

LE CENERI DEL PADRE : 3. « Da qua se ne vanno tutti ! »

J’aime à me rappeler parfois que mon père, Francesco Carbocci, est venu au monde dans une cuisine. Je suppose que tous les enfants d’ouvriers agricoles étaient conçus et naissaient entre le foin et la charrue en ces temps-là. Mais, excepté mon père, je n’ai jamais entendu parler de quiconque ayant eu l’impertinence de pointer le nez directement entre les fettuccini et la polenta.

Lire la suite →

70 - LE CENERI DEL PADRE : 1. Calamoresco.

Posté par le 23 juillet 2011 dans Piombino e dintorni, Projet : les cendres de mon père | 29 Réactions

LE CENERI DEL PADRE : 1. Calamoresco.

Nous étions tous les quatre, ce soir-là, à Calamoresco. J’étais demeuré au sommet de la falaise, à fumer, à penser à des choses à moi. Les autres avaient filé tout droit sur le sentier qui mène à la plage de galets. J’entendais la voix de Lorenzo qui les invitait à se dépêcher. Je n’entendais ni Angela, ni Paolo, mais je pensais qu’ils avaient atteint à leur tour la plage de galets. Nous étions quatre frères et sœur à Calamoresco. Et ce matin, nous avions ramené les cendres de notre père, là-haut, à Populonia.

Lire la suite →

69 - Retrouver son chemin.

Posté par le 7 juillet 2011 dans Ailleurs | 45 Réactions

Retrouver son chemin.

Tu rencontres toutes sortes de gens dans la vie. Tu en rencontres qui se donnent des airs de propriétaires et traversent toute l’existence comme s’ils avaient toujours quelque chose à te vendre. Tu en rencontres qui suivent des thérapies de groupes, des cours de recyclage, des programmes de réinsertion. D’autres qui paraissent constamment à deux doigts de perdre les pédales ou de se faire opérer d’une tumeur, mais ça baigne pour eux : si tu creuses un peu, tu t’aperçois qu’ils ont signé pour le plein emploi et la vie de famille, qu’ils ont fait leur trou...

Lire la suite →