58 - Quoi faire ? ou Beau comme l’ennui.

Posté par le 27 avril 2011 dans Paris | 48 Réactions

Quoi faire ? ou Beau comme l’ennui.

J’ai toujours été scié par les gens capables de se planter à peine en retrait du passage et de demeurer là à observer le temps, les gens qui passent. J’admire leur détachement quand ils le font en silence, leur culot quand ils commettent du commentaire. Quand j’étais môme –  à peine plus développé qu’un têtard – je redoutais ces petites vieilles visqueuses qui se tenaient invariablement en embuscade, comme un poulpe, une tégénaire, derrière leurs rideaux. Tu passais là, à l’aise, tu te posais deux secondes à refaire ton lacet, et la rombière se mettait...

Lire la suite →

50 - Place de Clichy, un visage.

Posté par le 12 avril 2011 dans Paris | 14 Réactions

Place de Clichy, un visage.

  Et puis, c’est comme un reflet dans la vitre : tu es dedans ou tu es dehors, tu es « in » ou tu es « out », tu consommes ou tu te laisses consommer. Comme un fantôme qui tient de la chair et de l’ombre, de la brique et du vent. Comme le souvenir d’un chromo kitsch dans un livre d’école. Comme ce visage qui est certitude et pâleur. Tant de certitudes et tellement de pâleur. Ça ne tient à rien la certitude. Tu t’y cramponnes un moment et déjà tu te dilues. Ou alors, tu ne tiens à rien. Tiens-tu à quelque chose ? Moi ? J’ai repéré ton visage et le...

Lire la suite →

48 - Sans filet.

Posté par le 11 avril 2011 dans Paris | 5 Réactions

Sans filet.

Cela fait un moment que nous travaillons, Barbara et moi – surtout elle : je le confesse avec une belle dose de fierté et pour l’en remercier publiquement – à l’élaboration de ce blog. L’avons-nous suffisamment nourri ? Il est temps dès lors de le laisser vivre un peu sa vie en le balançant sur les ondes. Comme pour cet homme, qui entreprend sa copine sous le regard apparemment réprobateur, mais pourtant casuel, du bistrotier derrière la vitre, c’est le moment sans doute de travailler sans...

Lire la suite →

35 - L’addition.

Posté par le 1 avril 2011 dans Bruxelles | 10 Réactions

L’addition.

Deux potes allongeant la mitraille sur la terrasse de ce café branché du boulevard Anspach. Sur la table : les verres vides, un cendrier, le papier et le tabac à rouler. Il me semble qu’il n’y a rien de plus banal que cette scène-là. Moi-même, je l’ai vécue mille fois. C’est aussi ton cas, non ? Nous étions précisément dans ce même café ou alors à Paris, à Rome, à Montréal, mais c’était toujours le même décor et le même rituel. C’était comme un signe de reconnaissance. C’était – c’est encore – le signe d’une époque. Et ces choses-là se perdront...

Lire la suite →

27 - L’ombre volée et le rouge limé.

Posté par le 25 février 2011 dans Paris | 9 Réactions

L’ombre volée et le rouge limé.

Sortant du métro, rue de Charonne, la morgue enfumée et la tête en fuite, j’ai failli louper ce vieux bonhomme qui traversait assez péniblement le passage clouté. Direction le zinc du « Rouge Limé » où son ombre finit par se diluer, diaphane, dans une nostalgie de volutes gauloises et gitanes.

Lire la suite →