La rue. Voilà selon moi le plus complet, le plus vaste des thèmes photographiques. Je respecte a priori toutes les pratiques créatrices. Mais j’avoue un faible pour la démarche de ce photographe, dont j’ai malheureusement oublié le nom, et qui s’était fixé comme objectif de photographier le petite monde clôt de sa propre rue. Descendre dans la rue et shooter le premier qui passe ! C’est un défi à la hauteur selon moi. J’embarque donc mon appareil, quel que soit le but de ma sortie, et je marche et j’observe. Ici, tu veux savoir ? C’était un samedi et j’étais descendu en ville à la recherche d’un tabac ouvert le week-end. Est-ce trivial ? Ou alors, la trivialité se cherche-t-elle ailleurs ? Voici, en tous les cas, le principe premier de ma pratique : ne jamais renoncer à chercher et à se raconter des choses, même sur le trajet de ce foutu buraliste. Toi ? Tu en penses quoi ?

  • Où : Paris, Rue Vieille du Temple.
  • Quand : 5 mars 2011.
  • Appareil : Canon Eos 60D.

le 3 avril 2011 | rubrique Paris | 3 Réactions | Imprimer Imprimer ou Générer un PDF

Web PARTAGER: TwitterFacebookLinkedinViadeoTechnoratiDeliciousDiggRedditStumble UponGoogle BookmarksWikioEmail
Sujets :

Vous aimez le travail de Marco ? Ne ratez plus rien, abonnez-vous par Mail ou fluxFeed RSS.

3 Réactions

Photoblog Awards
  1. 4 réactions 4-25-2011

    Mi piace molto! E’ bello riuscire a catturare con tanta semplicità un istante di felicità nelle vite degli altri!

  2. 33 réactions 8-18-2011

    Le reflet de la troisième qui n’est que la première doublée, savoureux !

  3. 1238 réactions 8-19-2011

    Merci K@. Ah, ben oui : sans le reflet, je ne me serais pas donné la peine de shooter.J’ai capté le reflet et la sobriété explicite du titre s’est imposée. Et là, il nous faudrait Pascal pour nous pondre un truc aussi pertinent que tarabiscoté à propos du moi, du double et de leur miroir.

flux rss commentaires de ce billet

Laisse quelques mots - Say something - Scrivi

Notifiez-moi des commentaires à venir via email pour ce billet précis. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.