FParis,AvdeClichy03bis

There is no shame to show misery. What is shameful is to conceal it.

Il n’y a pas de honte à montrer la misère. Ce qui est honteux, c’est de la dissimuler.

  • Où : Paris, av. de Clichy.
  • Quand : 21 mars 2011.
  • Appareil : Canon Eos 60d.

le 3 novembre 2014 | rubrique Paris | 20 Réactions | Imprimer Imprimer ou Générer un PDF

Web PARTAGER: TwitterFacebookLinkedinViadeoTechnoratiDeliciousDiggRedditStumble UponGoogle BookmarksWikioEmail
Sujets :

Vous aimez le travail de Marco ? Ne ratez plus rien, abonnez-vous par Mail ou fluxFeed RSS.

20 Réactions

Photoblog Awards
  1. 18 réactions 11-3-2014

    Superbe !

    • 1238 réactions 11-7-2014

      Merci Magali !

  2. 33 réactions 11-3-2014

    Simple, cru, direct, sans fioritures. L’image comme le texte. Même chose pour cette incursion dans la couleur, elle n’est pas là pour enjoliver ou affadir, elle est juste exacte.

    • 1238 réactions 11-7-2014

      Mais il faut toujours forcer un peu le trait pour rendre « exact ».

  3. 18 réactions 11-3-2014

    Incroyable photo et phrase très juste. Ne cachons pas la misère mais dénonçons-là !

    • 1238 réactions 11-7-2014

      Si tu me permets de corriger (mais je sais que nous sommes d’accord, bien évidemment): cessons d’en dénoncer les victimes pour nous en prendre enfin aux instigateurs.

  4. 13 réactions 11-3-2014

    C’est exactement ce que je pense, mais il faut la montrer avec tacte comme tu le fais. Et c’est pas chose facile.

    • 1238 réactions 11-7-2014

      Je crois qu’il faut juste montrer simplement… (ou simplement montrer juste ?).

      • 4 réactions 12-18-2014

        Cher Marco! Merci de ton travail , toujours pertinent . Interpellant bien-sûr , on connaît ça trop bien . Merci de continuer . Francophile que je suis mais avant de t ‘avoir rencontré , tu me soutiens , tu me soulage . Aussi dans mes démarches d ‘artiste . Grazie bello !

        • 1238 réactions 1-5-2015

          Merci à toi, Inge. Je me contente de faire des choses. Tant mieux si quelquefois elles soutiennent et soulagent.

  5. 49 réactions 11-3-2014

    J’aime le message de cette photo.
    Mais je n’aime pas son traitement, désolé.
    Bonne semaine, Marco.
    Yvon.

    • 1238 réactions 11-7-2014

      Du moment que nous sommes d’accord sur le message. Bonne semaine, Yvon.

  6. 36 réactions 11-4-2014

     » Ce n’est pas par la vue que l’on voit qu’on voit  » -(Aristote, de Somno, II, 455).

    J’aime cette photo et l’accentuation de certains détails renforçant ton témoignage photographique.

    • 1238 réactions 11-7-2014

      Ce qui est terrible avec Aristote, c’est que quoi qu’on pense de l’ensemble de sa pratique philosophique, il cible toujours très juste dans le détail.

  7. 19 réactions 11-5-2014

    Et depuis, qu’est-il devenu???

    • 1238 réactions 11-7-2014

      En vérité, je l’ignore. Je noue souvent des liens avec les sdf. Celui-ci en revanche était une rencontre de hasard. Nous n’avons pas parlé. Il était manifeste qu’il n’avait pas envie que je l’importune. Pour cette raison d’ailleurs, je n’ai pas voulu attendre qu’il lève le visage. J’ai montré exactement ce que j’ai vu : un homme qui ne voulait plus qu’on l’importune.

  8. 51 réactions 11-6-2014

    Le traitement est sans chichi 😉
    A l’opposé de l’esthétisation de la misère…
    Je suppose que c’est tout à fait volontaire et non, il n’y a pas de honte à montrer, au contraire.

    • 1238 réactions 11-7-2014

      Merci Aurore. J’imagine cependant que l’on n’évite jamais totalement l’esthétisation en photographie. J’assume donc ce que je n’ai pu éviter d’esthétiser. On pourra toujours disserter ensuite de l’esthétisation du refus d’esthétiser, mais cela pourrait se révéler un peu indécent dans le contexte.

  9. 33 réactions 12-28-2014

    On est bien d’accord… La façon dont il ploie vers le bitume où il se trouve déjà est poignante dans l’accentuation des teintes aussi, des gris bleus, gris verts, gris d’une vie exigeante que tu as su voir sans passer outre… Douce fin d’année à toi, aux tiens, à lui aussi, le moins rudement possible, si possible…

    • 1238 réactions 1-5-2015

      Et bon début d’année à toi… avec toute la rudesse et le bitume confinés, si possible, à portée d’empathie, mais à l’autre bout de l’objectif.

flux rss commentaires de ce billet

Laisse quelques mots - Say something - Scrivi

Notifiez-moi des commentaires à venir via email pour ce billet précis. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.