93 - Dans le silence des cimetières.

Posté par le 20 mars 2012 dans Bruxelles | 25 Réactions

Dans le silence des cimetières, je songe aux enfants qui meurent. Des enfants que l’on tue sans raison, me dis-je, mais s’il existe tout de même une raison elle est abominable et démente. Je songe aux enfants juifs de Toulouse et au monde noir et froid où l’on tue des enfants parce qu’ils n’ont pas le label local. La mort des enfants de Toulouse est un cri qui perce les croassements partisans de tous les corbeaux politiques. Un cri comme un coup de poing, qui te va droit au ventre et te lacère le cœur et te remue l’œsophage.  Un long cri qui déchire le silence des...

Lire la suite →

92 - Nous voulons tout/Nous prenons tout.

Posté par le 2 mars 2012 dans Ailleurs | 42 Réactions

Nous voulons tout/Nous prenons tout – We want everything/We take everything – Vogliamo tutto/Prendiamo tutto. Régis Matthey me proposait un entretien sur les pages de son blog cette semaine. D’abord, je l’avoue, je tergiverse un brin dans ma bande : l’univers photo de Régis, c’est du haut-de-gamme, du lauréat de concours, me dis-je. Puis ça affiche du 25 ou 30 ans de moyenne et je vais encore passer pour le dinosaure du cirque, m’affolé-je, le vieux crouton moisi dans la vieille soupe punk. Le temps que je rumine mes états d’âmes, Régis m’a cependant déjà...

Lire la suite →

91 - La mère.

Posté par le 16 février 2012 dans Paris | 37 Réactions

Il y a eu un temps – si tu creuses loin, profond – où l’on ignorait ce que c’était que d’être malheureux, où chaque larme versée apportait illico sa consolation. Et l’on se satisfaisait de cette consolation, on faisait parfois semblant, mais c’était bon à prendre quand même : on savait qu’on n’était jamais seuls, que rien ne saurait arriver que nous serions contraints d’affronter sans aide. Et puis, l’âge filant, il a fallu que nous revendiquions comme une chose secrète et précieuse nos envies de solitude. Cela paraissait la chose à faire absolument à...

Lire la suite →

90 - Vago nel vento, vado pero.

Posté par le 30 janvier 2012 dans Bruxelles | 25 Réactions

1. Je n’ai pas du tout l’esprit religieux. Je reprends souvent à mon compte la sentence de Gainsbourg : « L’homme a créé dieu. L’inverse ? Tu rigoles ! »  Mais quand bien même sentirais-je – moderne émule de Rousseau – l’existence de dieu que je n’aurais pas davantage l’esprit religieux. Avec le temps, j’ai appris cependant à respecter l’opinion de mes contradicteurs. Et je demeure cohérent avec moi-même en me posant régulièrement la question : et s’il y avait quelque chose ? Ça ne mange pas de pain d’interroger quelquefois le phénomène. Ça...

Lire la suite →

89 - Beguels.

Posté par le 20 janvier 2012 dans Paris | 59 Réactions

La rue des Rosiers ? J’y passais trop souvent pour un honnête photographe de rue. J’étais derrière la vitrine, en mode non consommateur, au moment de prendre ce cliché. Puis, curieux, j’ai poussé la porte. La sonnerie d’ouverture a retenti longuement. Beau sourire avenant de la boulangère. Je m’entends commander trois beguels. En petite monnaie, je renvoie du sourire. Je m’exite et je consomme. J’ai pris énormément de clichés dans la rue des Rosiers. J’y repassais quasi tous les jours, traquant dûment la scène de rue en savourant de la boulangerie...

Lire la suite →

88 - Rien ne doit m’être étranger qui appartient à l’humain.

Posté par le 10 janvier 2012 dans Paris | 58 Réactions

Je ne suis pas trop du genre à lister mes bonnes résolutions, à les aligner comme des fantasmes sur le fameux bloc-notes mental qu’on ne sort qu’à l’occasion de la nouvelle année et qu’on prend bien garde de ne jamais consulter par la suite. Je m’engage à faire ceci, à ne plus faire cela… Non mais, tu plaisantes ? De mon côté, j’ai envie plutôt de jeter un regard en arrière : ce sera pour saluer les modèles souvent involontaires de mes escapades photographiques. Je ne sais plus quel photographe de rue déclarait qu’il ne connaissait pas ses modèles, puisqu’il...

Lire la suite →

87 - Cecemel chaud.

Posté par le 15 décembre 2011 dans Ailleurs | 63 Réactions

Je me suis laissé entraîner à un Marché de Noël cette année. Tu me croiras ou non : c’était la première fois. Les préparatifs de Noël, ce n’est pas ma tasse de gnôle. Il y a décidément dans l’air de ce rituel quelque chose qui ne m’appartient pas. Tu penseras peut-être que je n’ai pas l’esprit festif. Question ouverte ! Bref ! J’avais embarqué mon réflex à tout hasard. J’ai repéré ces deux dames dans leur petit enclos de lumière et de fumée. Il ne se présentait personne à leur baraque, mais ça n’avait pas l’air de les troubler. Je ne crois pas...

Lire la suite →

86 - Gianni dans le métro.

Posté par le 8 décembre 2011 dans Métros et gares, Paris | 15 Réactions

Gianni dans le métro. Et Gianni loin, loin pourtant, dans des itinéraires et des dimensions qui n’appartiennent qu’à l’enfance.  

Lire la suite →

85 - Blitzkrieg Bop ou Joey Ramone sauve le groupe.

Posté par le 1 décembre 2011 dans Bruxelles | 26 Réactions

  ( Où le soussigné, équipé d’un compact et d’un lecteur mp3, dérive en demi-teintes sur une chanson des Ramones. ) Il y a – je suppose – un âge où il est bon et juste de s’asseoir à regarder défiler la vie. Avant ça, non : c’est au pas de course ou à plat ventre. Avant ça, tu traques la prime de fin d’année, le salon Ikea, les week-ends en famille, les belles soirées d’amitié sur Facebook, et puis les horaires de métro, la quatre portes, la cinq places, la six cylindres, la série 7, et puis le taux de lipides, l’indice de glucose, les patchs de...

Lire la suite →

84 - LE CENERI DEL PADRE : 10. Mambo sur le rivage.

Posté par le 24 novembre 2011 dans Piombino e dintorni, Projet : les cendres de mon père | 29 Réactions

Alors, il faut pouvoir redescendre à présent, prendre sur soi et se satisfaire de la chose accomplie. Il faut pouvoir affronter les choses à hauteur d’homme : les bonnes et les mauvaises, savoir que la vie ne mise rien pour toi et rien contre toi. C’est juste de la vie. C’est comme ça. Ça prend du moche quand ça lui chante, du bon quand ça lui vient. Ça n’explique pas, ça ne raisonne pas. Et quand ça s’arrête, on n’est pas plus avancé : on se bouloterait tout l’entendement à chercher du sens.

Lire la suite →