L’un descend, deux montent : échange de regard. Un constat : je n’imagine pas une seconde que cette scène eût pu avoir le plus petit impact en couleur. Qu’en dis-tu ?

J’aime avant tout l’abstraction du noir et blanc. La couleur en revanche ne m’évoque que du banal et du convenu. Mes images donc, je le crains, ne connaissent la couleur que le bref laps de temps qu’il me faut pour manipuler les curseurs de désaturation. Je les pense d’emblée en N&B et j’avoue négliger quelquefois des scènes intéressantes, mais qui n’auraient fonctionné qu’en couleur.

Un psychanalyste en tirerait peut-être des conclusions consternantes que nous continuerons d’ignorer, puisque je ne fréquente aucun psychanalyste.

  • Où : Bruxelles, Place des Étangs Noirs.
  • Quand : 2010.
  • Appareil : Canon Ixus 100.

le 2 février 2011 | rubrique Bruxelles, Métros et gares | 1 commentaire | Imprimer Imprimer ou Générer un PDF

Web PARTAGER: TwitterFacebookLinkedinViadeoTechnoratiDeliciousDiggRedditStumble UponGoogle BookmarksWikioEmail
Sujets :

Vous aimez le travail de Marco ? Ne ratez plus rien, abonnez-vous par Mail ou fluxFeed RSS.

Une réaction

Photoblog Awards
  1. 35 réactions 4-27-2011

    En effet, la couleur nous aurait détourné de l’essentiel : le regard échangé, un léger sourire, l’expression, l’émotion… Notre oeil aurait été distrait par l’escalier sale ou le reflet métallique sur l’escalator… Le N&B permet au spectateur de voir avec son coeur et tout l’art du photographe de rue est de voir en N&B :)

flux rss commentaires de ce billet

Laisse quelques mots - Say something - Scrivi

Notifiez-moi des commentaires à venir via email pour ce billet précis. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.