BBruxelles,Marolles,PlaceduJeudeBalle74

Et je trainais toujours Place du Jeu de Balle, traquant de la moue, du geste, de la gueule. Ce n’est pas son visage ou sa moue, mais le geste de sa main sur le chapeau qui a attiré mon objectif. Je suis allé la chercher au 300 mm. Au développement cependant, ça ne me parlait plus. Qui sait comment et pourquoi j’ai songé à un hommage à Lou Reed par la suite ?

Lou Reed est mort. Cela s’imposait de lui ficeler un hommage. Un hommage tout modeste et tout petit. Pas comme lui, non. Un hommage comme toi et moi. Lou Reed est mort et c’est encore un bout de mon imaginaire qui fout le camp.

Elle essayait des chapeaux aux Puces de la Place du Jeu de Balle. Elle ne s’appelle probablement pas Jane et je ne sais si elle est adorable. Un ami qui passait et m’a vu l’encadrer m’a dit qu’il l’a connaissait, mais je ne me suis pas soucié de lui demander son nom. Ça ne m’apportait rien de plus de savoir son nom.

Lou Reed est mort et c’est encore un bout de mon imaginaire qui fout le camp. Je me souviens à peu près de la toute première fois que je me suis passé la plaque du « Rock’n’Roll Animal » : une paire de claques, un uppercut, un scud dans les gencives ! Ce fut tout de suite une part de mon imaginaire. Il faut toujours annexer des choses inédites à son imaginaire. Des attitudes et des couleurs et des rythmes qui creusent et révèlent ce qu’il y a de plus tranchant en toi.

J’ignore si elle était seule ou accompagnée. Je ne me soucie pas toujours de ces choses-là quand je prends une image. Je ne me soucie pas toujours du contexte : je me pointe avec mon propre contexte, mon histoire perso toute chaude à raconter. Par-moments, je ne sais pas encore si ça vaut le coup de le raconter. Il manque un truc, mais je me dis que ça finira peut-être un jour par prendre de l’allure dans mon imaginaire.

Lou Reed est mort et c’est encore un bout de mon imaginaire qui fout le camp. Alors, cherchant le moyen de lui rendre mon hommage tout modeste et tout petit, j’ai songé illico à cette femme qui essayait des chapeaux aux Puces de la Place du Jeu de Balle. J’aurais sûrement pu taper plus noir et plus fort. J’aurais pu déloger du « Dirty Boulevard » ou du « Walk on the wide side ». C’est comme ça avec l’imaginaire : ça se présente sans crier gare, ça s’enchaîne, ça s’impose. Que veux-tu expliquer ?

Toi, si tu te reconnais dans cette image, fais semblant : dis-moi que tu t’appelles Jane. Toi aussi, et toi, et toi : si vous passez dans les parages, vous êtes Jane : dites-le-moi et dites-moi les choses qui vous chuchotent à l’oreille quand vous existez.

Lou Reed est mort et c’est encore un bout de mon imaginaire qui fout le camp. Claque la porte. Tire la chasse. Chapeau Lou.

 

« Heavenly wine and roses

Seems to whisper to her when she smiles

La lala lala la, la lala lala la

Sweet Jane Sweet Jane Sweet Jane »

  • Où : Bruxelles, Marolles, Place du Jeu de Balle.
  • Quand : 25 août 2013.
  • Appareil : Canon Eos 60D + Canon 100-300mm L.

le 28 octobre 2013 | rubrique Bruxelles | 37 Réactions | Imprimer Imprimer ou Générer un PDF

Web PARTAGER: TwitterFacebookLinkedinViadeoTechnoratiDeliciousDiggRedditStumble UponGoogle BookmarksWikioEmail
Sujets :

Vous aimez le travail de Marco ? Ne ratez plus rien, abonnez-vous par Mail ou fluxFeed RSS.

37 Réactions

Photoblog Awards
  1. 18 réactions 10-28-2013

    Excellent ! Tout.
    R.I.P. Lou
    Et merci Marco

    • 1238 réactions 10-29-2013

      Merci Lou surtout. Non ? J’ai cru comprendre avec le temps que nous avions quelques références musicales en commun, Ale, que nous retrouvions tous deux aisément nos marques entre Lou Reed et Syd Barrett.

  2. 19 réactions 10-28-2013

    Jane hésitait, elle essaya un premier chapeau, « non trop … pas assez … je ne sais pas … et puis ma tête aujourd’hui c’est pas ça … pourquoi je n’arrive pas à choisir ? pourquoi mes pensées partent-elles de l’autre côté du miroir? pourquoi ai-je envie de marcher sur la mauvaise pente, de casser mon image lisse de femme enfant qui charme tant …? »
    Lou arriva à ce moment :  » Mais Jane il n’est pas pour toi ce chapeau !!! il est sérieux et triste, il ne fait rien ressortir de ton côté petit animal blessé mais si doux … il cache ce que tu es au fond  »
    « Il a raison, pas de chapeau nécessaire pour être moi » pensa Jane
    Alors elle sourit, il avait tout compris, il lisait en elle, elle était et resterait la douce Jane …
    Il s’installèrent au Bar Marseillais, au coin de la Place du Jeu de Balle, le soleil descendait mais chauffait encore un peu, ils commandèrent deux verres de Tavel et burent à la santé des chapeaux qui ne trouvent jamais de têtes sur les quelles se poser …

    • 1238 réactions 10-29-2013

      Je me suis toujours passé d’idoles, n’ai jamais ressenti le besoin de me punaiser des bobines de chanteurs ou d’acteurs au-dessus du plumard, à l’exception – paraît-il – d’un poster des Beatles que j’aurais exigé au-dessus de mon petit berceau à l’époque où je remplissais encore mes couches. Mais j’aurais sacrifié les trois ou quatre couvre-chefs qui pendouillent à l’entrée de mon appart pour descendre n’importe quoi à la terrasse du Marseillais en compagnie de Lou Reed et échanger avec lui des banalités fort complaisantes sur la vie telle qu’elle est vraiment, telle qu’elle nous habite et telle qu’elle nous quitte.

  3. 2 réactions 10-29-2013

    Lou a tiré sa révérence et moi je lui tire mon chapeau Très bel Hommage Marco, Chapeau bas l’Artiste …

    • 1238 réactions 10-29-2013

      Un hommage, ce n’est jamais grand chose, je crois : ça ne donne rien d’essentiel sur celui qui le commet, ça se nourrit du génie des autres. Et cependant cela s’impose quelquefois comme une évidence. Et cela s’impose à la première personne du singulier quand on a lu les 200 chronologies motivées comme des squelettes gris que j’ai parcourues sans rien apprendre, sans rien éprouver, ces jours-ci.

  4. 1 réactions 10-29-2013

    /// et un « oui » et un « merde », Marco, ça t’ira…? / le « merde » affectueux qu’on glisse au creux de l’oreille… parce que « je passais dans le coin »… comme souvent… ///

    • 1238 réactions 10-29-2013

      Oh, je sais bien que tu passes… mais je le sais mieux encore quand tu laisses une trace. Grand plaisir de te voir te manifester dans les parages !

  5. 14 réactions 10-29-2013

    …..un passage ici, jamais anodin, comme on passe sur cette place, mais l’oeil c’est toi. L’oreille nourrie par toi, l’âme aussi
    On a toutes été Jane un jour, à se demander si on osera le porter, ce chapeau, parce que ce n’est plus tendance, parce que les gens ont sur les chapeautés un regard toujours amusé, parce que c’est fantaisie, parce que c’est original

    Comme Lou l’était, le fut, le sera toujours…original, fantaisiste, unique

    Osons…et emmerdons le monde, plutôt que « merde » dans un commentaire. Tu vaux toujours plus qu’un « oui », ou un simple passage…mais le mur en face

    Encore….

    • 1238 réactions 10-29-2013

      Et cependant, je te vois bien chapeautée, Virginie. Parce que c’est fantaisie et original ? Allons, Virginie ! On se fout bien de la fantaisie, de l’originalité, non ? On lève la tête et on trace en se foutant bien du regard des autres ! Toujours…

      • 14 réactions 10-30-2013

        Tu sais combien j’ose…chapeautee souvent, amoureuse des couvre-chefs…tantôt occultants, tantôt révélateur d’humeurs…et si Mistral ne me les (en)vole pas, je porte fièrement, tête haute…et souris aux passants amusés amusants

        • 1238 réactions 11-2-2013

          Pareil. Sauf le sourire. J’oublie toujours le sourire.

  6. 15 réactions 10-29-2013

    Lou s’en va, une partie de ma jeunesse s’en va aussi, mais la vie continue, heureusement….

    • 1238 réactions 10-30-2013

      Oui, c’est ce qu’il y a d’agaçant avec la vie : elle a toujours un alibi.

  7. 45 réactions 10-30-2013

    Sublime ton texte. Ton idée d’intercaler deux sujets est une trouvaille ! Tu sais que je n’y connais rien en photo : j’ai pourtant beaucoup apprécié celle-ci ! Cependant, je ne m’appelle pas Jane !!!

    • 1238 réactions 10-30-2013

      Une trouvaille… dont j’ai quelquefois tendance à abuser. Mais en somme, tout est toujours un seul et même texte.

  8. 50 réactions 10-30-2013

    That is a very beautiful and graceful portrait – I especially like how elegantly she places her hand on her hat. Furthermore, the reflection in the window is a wonderful addition. Love the grainy black and white converstion too. Bravo!

    • 1238 réactions 10-31-2013

      Thanks, Martina.

  9. 24 réactions 10-31-2013

    Un hommage tout en délicatesse…Bravo pour le texte et pour cette photo qui est d’une grande élégance, une élégance que l’on pourrait croire italienne tant elle est naturelle!

    • 1238 réactions 11-1-2013

      Merci, Ritournelle. Vu les origines vachement assumées du soussigné, j’imagine qu’il y a toujours un bout de quelque chose d’Italien dans ce qu’il cherche et commet.

  10. 49 réactions 10-31-2013

    Superbe cliché.
    Bravo, Marco.
    Bon week-end.
    Yvon.

    • 1238 réactions 11-1-2013

      Merci Yvon. Bon week-end à toi également.

  11. 36 réactions 10-31-2013

    Salut Marco !

    Ma version de Jane, tu me connais dans le genre j’écris au KM … Laisse quelques mots : impossible pour moi !

    Lou y es-tu ?

     » Sunday Morning « , ironie du sort ?
    Le Rockeur, le provocateur s’est fait la malle avec sa Sister Ray et … un Sunday …

    Jane ? Elle porte ses valoches sous les yeux …
    Elle végète à une terrasse Place du Jeu de Balle à Bruxelles et inventorie le réel.

    En face d’elle, deux Bohèmes sont assises en position attractive.
    Elles semblent être en sympathie avec le contexte. Elles chantent le refrain gestuel alternatif de leur météo commandé par l’amygdale de leur cervelle.
    En temps réel, elles croisent et décroisent leurs jambes … jambe droite sur la gauche … jambe gauche sur la droite… jambe droite sur la gauche …

    Elles savourent un champagne Kingdom of Bohèmia, prolétairement parlant un Perrier
     » arôme citron vert  » sans sucre ajouté pour ne pas écrire aspartame.
    Les cop’s assument courageusement une forme de nudité partielle en portant des pieds nus, des Tropéziennes couleur (tarte – glacage lune de miel).

    Pomponette évoque ses vacances récentes en Croatie avec son mari à prix attractif, tandis que Pimponette acquiesce à tout ce que blablate son amie.
    Pimponette n’est pas contrariante, elle répond toujours : absolument. C’est son époux Jacadi qui la formatée.
    Pimponette est une bonne mère, elle berce conscienseusement Pitous Junior, le p’tit dernier, qui dort dans sa Trider, la Roll’s des poussettes, une  » tout terrain  » dont la roue avant pivotante permet de bénéficier d’une grande liberté de mouvement. Un chassis stylé minimaliste avec tous les avantages d’un design extrême, impressionnant !

    Jane ? Elle filtre The convers., elle tamise farine et sel, elle trouve la vie à mourir sans Lou.
    Ellle se traine des tonnes de cafards, s’enlise dans le sentiment horizontal, se trace la côte en hiver avec un Gin.
    Elle s’appuie à son balcon imaginaire et solitaire regarde à l’horizon les voiles qui passent en rayant le ciel de leurs cordages.
    Ô Voiles, rentrez-vous de vos lointains voyages ?
    Ô Voiles, cinglez-vous vers des cieux semés d’autres étoiles ?
    Ô Horizon, à la ligne superbe où votre pensée vous caresse, où le coeur part en extase et qui à mesure qu’on s’avance, recule, recule et disparait.
    Le cerveau de Jane brasse et ressasse inlassablement tout ce qu’elle aurait encore aimé lui confier à son Lou.
    Elle se creuse les méninges, elle cherche désespéremment la notice  » en mode tambour  » pour lessiver son blues Gin.

    Une femme s’avance vers elle, la hèle. Jane s’interpelle ! La connaît-elle ? Mais oui !
    Mais bien sûr ! C’est AilN !
    AilN est formatrice en  » Gestion de soi & Performance – Voltige aérienne  » à l’Ecole de Voltige Aérienne la « Passeraile Virtuelle » à Bruxelles.
    Elle enseigne le Floufouflou, des acrobaties aériennes démentielles, de la pure voltige !
    Dans les figures de base, AilN déclenche, renverse, retourne, rétablit normal, boucle et rétablit tombé avant en demi huit cubain.
    Dans les figures avancées, le volant dans les dents, elle déclenche et renverse, retourne virage dorsale et vrille double.
    Et dans l’ultra avancé, elle vrille triple avion sur le dos ! Et par tous les temps ! Si !

    Aujourd’hui, AilN semble battre de l’aile, quelle haleine !!! Jane, ça ne la dérange pas, elle est solidaire et bibine passif. Les effluves, elle partage … Hic !
    AilN lui  » marre  » qu’elle revient du Bar Marseillais au coin de la Place du Jeu de Balle. Elle est attristée et elle chiale à Jane :
     » Lou me manque déjà ! Je suis allée boire à la santé des chapeaux qui ne trouvent jamais de têtes « .

    A l’évocation évaporée des chapeaux, Jane repense à son père. Un collectionneur de chapeaux, un classiciste au bon goût … Borsalino …Panama … et sa Faluche, témoignage de sa jeunesse, qu’il conservait précieusement.
    Ah ! Les chapeaux ! L’accessoire, le bijou de tête, toute une histoire !
    Le couvre-chef, le ségrégatoire qui affirmait, dans le passé, un rôle d’affirmation d’un statut social, d’appartenance éthnique ou clanique a connu bien des déboires …
    Ah ! Les chapeaux ! Boire à leurs déboires,  » boire à la santé des chapeaux qui ne trouvent jamais de têtes !  »
    Il y a une histoire sous chaque chapeau qui trouve une tête.

    Le père à Jane s’est aussi fait la malle … chapeautés … les chapeaux ne sont plus …
    La Faluche ? Jane la conserve précieusement.

    Lou y es tu ? Lou que fais-tu ?

    Ta photo et ton écrit : chapeau ! Mais ça, on le savait déjà !
    Salut et au plaisir te lire …

    • 1238 réactions 11-1-2013

      Ton texte, Fabienne, a l’allure et l’inventivité d’un « Sister Ray » passé en boucle. Eh ! Mais tu le sais : je m’interdis toujours de postillonner du « oui oui », du « non non » sur le texte des autres. Je n’imprègne et j’essaie d’embrayer. Puis, je te jette : traîne aussi longtemps que tu le peux dans le secteur et largue du texte et enrichis ces pages de tes fulgurances littéraires et ne te soucie pas du kilométrage et…

  12. 2 réactions 11-1-2013

    Un joli portrait, délicat…Belle prise !

  13. 27 réactions 11-3-2013

    Belle image, bel hommage… encore un vide dans mes parages, parfois je me dis qu’un jour je connaitrais plus de gens morts que des vivants => http://t-photographe.over-blog.com/article-la-terre-n-est-pas-une-immense-tombe-83647422.html

    • 1238 réactions 11-3-2013

      J’aime – et je te l’ai dit par ailleurs – cet autoportrait sur le marbre des tombes. Je n’ai jamais pris la peine de comptabiliser mes morts. L’équation serait faussée : les vivants m’intéressent de moins en moins.

  14. 25 réactions 11-4-2013

    C’est ce qui me plait dans tes photos : nous faire voir ce que TOI tu as décidé de nous montrer et non ce que tu as vu !

    • 1238 réactions 11-5-2013

      C’est selon moi une manière de tenir compte aussi de l’hors-cadre. En écriture également, dans le roman, je travaille énormément l’hors-cadre. Mais, de toute évidence, toute photographie est subjective dès lors qu’il y a cadrage, délimitation formelle et exploitation d’une image mentale.

  15. 2 réactions 11-9-2013

    Une merveille de capture, un NB excellemment réussi, du bon boulot comme j’aime :)

    • 1238 réactions 11-10-2013

      Merci Olivier !

  16. 16 réactions 11-10-2013

    affirmatif mec ,sa main ,le geste…tu te fous de son visage de sa moue ,je l’ai attiré vers cette vitrine,je suis là devant elle,tu me vois?Ta pensée me touche,je te salue mec!
    ton imaginaire n’est pas mort,je vis encore une fois ,merci.

    • 1238 réactions 11-11-2013

      Bienvenue Magali ! Oui, la vie, la mort, tout ça n’est qu’une question d’imaginaire. On est riche, on est pauvre dans ce que l’on suggère aux autres. Dans la manière que l’on a de stimuler leur imaginaire au-delà du contingent, du routinier. Vis plein de fois ! J’ai de la place dans ma tête.

    • 36 réactions 11-11-2013

      Bienvenue Magali dans le blog de Marco ! Quel plaisir tu me fais là ! Il a raison Marco ! Vis plein de fois !

  17. 16 réactions 11-11-2013

    Merci Marco et Fab pour votre bienvenue…
    Je reviens sur ma première intervention dont le narrateur n’est autre que Lou Reed..un petit clin d’œil pour l’hommage que tu lui rend Marco.

    • 1238 réactions 11-11-2013

      J’avais bien compris, Magali.

flux rss commentaires de ce billet

Laisse quelques mots - Say something - Scrivi

Notifiez-moi des commentaires à venir via email pour ce billet précis. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.