B Bruxelles, Rue Jules Bouillon 01

En Italie, un arrêt de la cour de cassation daté de 2012 (n. 3721/2012.) interdit la publication d’images de « mendiants et personnes défavorisées » et entend poursuivre tout contrevenant en diffamation. Selon cet arrêt, la personne ainsi photographiée se sentirait gravement lésée dans son « honorabilité ». Il demeure par contre tout à fait légal et nullement préjudiciable pour l’honorabilité desdites personnes de les laisser crever dans la rue.

  • Où : Bruxelles, rue Jules Bouillon.
  • Quand : 22 février 2015.
  • Appareil : Canon Eos 60d + 24mm 2.8 stm.

le 26 octobre 2015 | rubrique Bruxelles | 16 Réactions | Imprimer Imprimer ou Générer un PDF

Web PARTAGER: TwitterFacebookLinkedinViadeoTechnoratiDeliciousDiggRedditStumble UponGoogle BookmarksWikioEmail
Sujets :

Vous aimez le travail de Marco ? Ne ratez plus rien, abonnez-vous par Mail ou fluxFeed RSS.

16 Réactions

Photoblog Awards
  1. 28 réactions 10-26-2015

    Chouette rencontre que ces 2 affiches !
    Bien vu !

    • 1238 réactions 10-27-2015

      Je fais peu ce genre d’images, Dominique. Mais ici, la collusion était trop évidente, le quotidien me tendait la perche.

  2. 25 réactions 10-26-2015

    Il m’arrive d’avoir honte de notre monde …

    • 1238 réactions 10-27-2015

      Ce n’est pas le monde, mais un système, une mécanique d’interprétation du monde. D’accord, je fais preuve de mauvaise foi dans cette réponse puisque je l’appelle moi-même « le monde », « notre monde ». Mais en vérité, le monde – au sens le plus large – c’est lui qui doit avoir honte de nous.

  3. 13 réactions 10-26-2015

    Le cynisme dans toute sa splendeur.

    • 1238 réactions 10-27-2015

      Oui, puis ce qu’il y a de plus navrant, c’est que le cynisme nous pousse toujours à jouer sur son terrain.

  4. 22 réactions 10-26-2015

    Un monde parfait, voilà ce que nous impose la « démocratie » moderne. Il faut cacher ce qui dérange à l’image comme dans les mots : les vieux (horreur, je blasphème ! On dit « senior » maintenant…), les pauvres (blasphème encore ! On dit personnes défavorisées ou de condition modeste), les handicapés (personne à mobilité réduite…) et la liste est infinie.
    Le système crée de l’illusion comme on dissimule la poussière sous le tapis pour faire propre…

    • 1238 réactions 10-27-2015

      … et l’illusion, en négatif, impose l’invisibilité. Visible et dûment approuvé par la morale commune ce qui participe de l’illusion ; invisible et voué au déni ce qui y contrevient.

  5. 6 réactions 10-26-2015

    j’habite un petit village d’une centaine d’habitants en milieu rural, il y a 8000 habitants dans la ville la plus proche, je n’avais donc pas eu l’occasion d’approcher la misère. A mes 38 ans, il y a 5 ans, je voyage à Rome et c’est là que je l’ai vu, elle était tellement forte que ses images me sont restées, j’ai eu peur

    • 1238 réactions 10-27-2015

      Peut-être que la misère a encore les moyens de donner le change en milieu rural. Le décor urbain en revanche est comme une sorte de révélateur. La misère s’y étale au grand jour, mais de manière si peu conforme à la grande illusion sociale qu’elle en devient routine et décor. Si nos contemporains prenaient conscience de ce qu’ils ont vraiment sous les yeux, je crois que tout en serait bouleversé.

  6. 18 réactions 10-26-2015

    J’adore ce genre de photos qui me font penser au tout grand René Maltête. Bravo Marco. Comme d’hab pour la photo et le message…

    • 1238 réactions 10-27-2015

      Oh, je n’ai pas grand mérite pour la photo. C’est un moment qui se présente et que l’on saisit, sans démêler le fil de l’occasion, sans se raconter d’histoire. Moi, ce qui me plaît dans l’image, c’est la possibilité d’en faire une histoire. C’est pour cette raison que j’ai besoin de personnages. Ici, tout est figé : je n’aurais jamais retenu cette image si elle n’illustrait pas un peu convenablement le coup de gueule.

  7. 3 réactions 10-26-2015

    En effet, cette loi interpelle, car en Italie, s’il ne faut pas montrer les failles d’un régime, par contre l’indigence, c’est celle de la vulgarité exposée par exemple dans les programmes tv …

    • 1238 réactions 10-27-2015

      Oui, la vulgarité : c’est le terme qui convient. Il faut cependant que je fasse une précision : je ne doute pas un instant de la respectabilité et de la bonne foi des juges qui ont statué dans ce sens. Ils intervenaient dans une affaire où le sujet photographié pouvait à bon droit se sentir lésé, puisqu’une publication s’était servie de son image pour illustrer un article sur la délinquance urbaine. Le souci ? C’est qu’en généralisant cette décision, la justice soutenait la manichéenne vulgarité du régime qui entend justement rejeter dans la délinquance tout ce qui ne sacrifie pas à la norme.

  8. 49 réactions 10-26-2015

    A interpréter selon ses opinions.
    Bonne semaine, Marco.

    Yvon.

    • 1238 réactions 10-27-2015

      Tu le sais, Yvon, je n’ai jamais hésité pour ma part à forcer l’interprétation et ne me soucie nullement de m’en cacher. Mais, bien évidemment, chacun demeure libre de s’y retrouver ou non.

flux rss commentaires de ce billet

Laisse quelques mots - Say something - Scrivi

Notifiez-moi des commentaires à venir via email pour ce billet précis. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.