Le terme « caricolle » désigne à Bruxelles l’escargot dont les autochtones sont particulièrement friands. Il constitue un exemple des emprunts linguistiques opérés naguère par l’idiome local sur la langue de l’occupant espagnol. Mais ceci n’a a priori rien à voir avec l’image que je te présente. Ai-je perdu tout le monde sur ce coup-là ? Si je le mentionne, c’est que je venais de me fritter méchamment avec un indigène, vendeur desdites « caricolles » en face de la Bourse. Je traverse le boulevard, agité de l’une ou l’autre pensée au vitriol. Me voilà dos aux marches de la Bourse, invectivant toujours intérieurement le lourdaud du trottoir opposé. Là-dessus, je me retourne : l’une me regarde pester, l’autre semble me nier l’existence. Moi ? Eh bien, je déclenche.

  • Où : Bruxelles, Parvis de la Bourse.
  • Quand : 2010.
  • Appareil : Canon Ixus 100.

le 2 février 2011 | rubrique Bruxelles | Dis-le avant tous | Imprimer Imprimer ou Générer un PDF

Web PARTAGER: TwitterFacebookLinkedinViadeoTechnoratiDeliciousDiggRedditStumble UponGoogle BookmarksWikioEmail
Sujets :

Vous aimez le travail de Marco ? Ne ratez plus rien, abonnez-vous par Mail ou fluxFeed RSS.

Laisse quelques mots - Say something - Scrivi

Notifiez-moi des commentaires à venir via email pour ce billet précis. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.