Récemment, on me demandait jusqu’à quel point j’avais pensé la composition de cette image. Ai-je patienté jusqu’à ce que les aiguilles de l’horloge marquent la symétrie avec les flèches du panneau indicateur ? Et puis ? Ai-je attendu encore que les deux mômes esquissent un mouvement similaire ? Moi, embêté : tu veux que je sois franc ? ai-je répondu.

C’était un jour un peu maussade sur Montréal. J’achevais un long séjour américain que j’avais quasi entièrement consacré à essayer de comprendre sur le terrain la culture des Amérindiens du Québec. Des jours, des semaines à courir les réserves, les bois, les rivages autochtones. J’étais sur les jantes et tâchais de faire quelque chose de ce retour citadin. Il me restait deux jours avant de prendre l’avion qui me recracherait sur la vieille Europe et dix dollars trente-cinq cents en poche.

Alors, je tirais la plus grande partie de mes journées dans des bars à siroter très très méthodiquement des cafés infâmes, cherchais aussi à esquisser le premier jet de la série d’articles que j’étais supposé publier à mon retour.

Mais ça n’avait aucun sens d’être là.

Je veux dire : si tu as jamais passé tout un été à courir les réserves, les bois, les rivages autochtones, tu sais que ça n’a forcément aucun sens de se retrouver dans une grande ville – fût-ce Montréal, Bamako ou Katmandou – et de se mettre à aligner du verbe devant un jus imbuvable avec dix dollars trente-cinq cents en poche. Et si tu conçois un peu ce que je veux dire, tu sais à présent que je ne peux absolument plus me souvenir de la composition de cette image. Ce qui signifie après tout que j’ai peut-être tout de même quelque don pour la composition photographique. Ou alors étais-je, singulièrement ce jour-là, un sacré veinard avec dix dollars trente-cinq cents en poche.

  • Où : Montréal, rue Saint Antoine.
  • Quand : Septembre 1999.
  • Appareil : Canon AE1.

le 3 avril 2011 | rubrique Ailleurs | 11 Réactions | Imprimer Imprimer ou Générer un PDF

Web PARTAGER: TwitterFacebookLinkedinViadeoTechnoratiDeliciousDiggRedditStumble UponGoogle BookmarksWikioEmail
Sujets :

Vous aimez le travail de Marco ? Ne ratez plus rien, abonnez-vous par Mail ou fluxFeed RSS.

11 Réactions

Photoblog Awards
  1. 3 réactions 4-12-2011

    J’aime particulièrement cette image. Non seulement la composition, mais aussi le traitement que je trouve très bon.

    • 1238 réactions 4-12-2011

      Merci François. Et très heureux que tu te sois arrêté sur cette image qui me tient particulièrement à cœur. Qualité argentique évidemment. Je l’ai scannée toute nue, telle que sortie de mon vieil agrandisseur, et sans aucun post traitement sur écran.

  2. 35 réactions 4-13-2011

    Ce qui est magique, c’est quand la composition se met en forme toute seule, quand on ouvre son âme et que nos sens guident l’appareil pour capter ce que l’on ressent à ce moment précis. C’était différent avant. Ce sera différent après.
    Ne se passe t’il pas parfois la même chose quand on écrit Marco ? Peut-on être « inspiré » de la même manière ? Ce doit être magique de composer ainsi avec les mots…

    • 1238 réactions 4-13-2011

      Oui, c’est exactement pareil. Il y a des moment où l’on sait, où l’on sent, que l’on a capté quelque chose. Et puis,un tas de sales moments où on se demande si on aurait pas mieux fait de choisir une carrière dans les Assurances ou la Poste.

  3. 35 réactions 4-13-2011

    …peut être y a t’il des moments magiques aussi dans les assurances ou à la poste :p

    • 1238 réactions 4-13-2011

      Oui. Euh. Oui. Sûrement. Tiens ! Je vais faire un sondage.

  4. 1 réactions 8-1-2011

    Je ne vais pas réagir pour une fois par rapport à la photo mais plutôt côté texte car au même moment (septembre 99) j’habitais à Montréal, et le souvenir des bars et surtout de leur café infâme m’a remis immédiatement dans l’ambiance de cette magnifique ville et de ma façon de vivre à cette époque.
    J’ai ensuite regardé la photo pour voir si je reconnaissais ou bien si je voyais la voiture que j’avais à ce moment là (une Cadillac), mais non, je ne rappelle pas de cet endroit.
    C’est ce qu’on appelle une tranche de vie. (C’est quand même étonnant que je sois allé tout se suite sur Montréal à peine arrivé sur ton blog ?).

    • 1238 réactions 8-1-2011

      Alors, ce qu’il y a de vraiment étonnant avec cette image, c’est que tu n’es pas le premier à me signaler que tu vivais (ou étais de passage) à Montréal à l’époque où j’y suis allé. Pour ma part, je n’y ai passé que deux semaines, réparties de part et d’autre de mon long séjour amérindien. Mais, il est évident que j’y reviendrai… en emportant cette fois ma cafetière italienne. A part ça, content de t’accueillir dans cette espace, Photo-Man. Tu verras que nous sommes ici quelques habitués ou rescapés de vp. Je posterai sûrement d’autres images de Montréal quand j’aurai achevé la série romancée que j’ai à peine entamée.

  5. 1238 réactions 8-1-2011

    Mav, je te l’avoue bien humblement : le commentaire de Photo-Man m’a signalé que j’avais négligé de te répondre. Mieux vaut tard… et toutes ces choses. Mais non, je ne vais pas nous entraîner dans le cliché et me contenterai de te remercier tardivement de ton passage.

  6. 2 réactions 3-9-2012

    Hello,

    Je regrette le grain trop présent ici, je trouve que ça devient une caricature argentique.
    dommage.

    • 1238 réactions 3-9-2012

      Merci de ta critique, Wasp. En vérité, cette image est issue directement de mon agrandisseur : je n’ai pas voulu y apporter le moindre post-traitement numérique. Il est certain en revanche que le scan en a accentué le grain, mais j’avoue volontiers – même si j’essaie de me soigner à cet égard – que j’aime particulièrement l’effet de celui-ci et ai tendance à en abuser.

flux rss commentaires de ce billet

Laisse quelques mots - Say something - Scrivi

Notifiez-moi des commentaires à venir via email pour ce billet précis. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.