CaMauricie,RiviereBatiscan02

Aujourd’hui, reparcourant distraitement les sublimes bêtises de James Fenimore Cooper dont je me régalais enfant, je me sens un peu comme le fameux dernier des Mohicans : forcément en voie d’extinction. Et ce n’est pas la maladie, la douleur qui m’éteindront, ce n’est pas la conscience d’être sur le fil ou le soupçon que les choses basculeront peut-être demain. Qu’elles basculent ou non ne m’émeut guère. Ce qui m’agite et me hante est bien au-delà. Cela se loge dans le regret, le souvenir. L’enthousiasme ou la rancœur des équipées périmées. Et je sais que rien ne me rendra les longues marches hallucinées dans les forêts de Mauricie et les descentes en canoë sur la rivière Batiscan et l’éclat de la Lune montante dans le reflux de la pagaie et le crépitement des rivières sur le granite, comme une ivresse, un corps sauvage qui se lance au vent, et les couleurs et les senteurs des érablières et la saveur d’écorce et de braises des maisons longues iroquoiennes et les légendes des Cinq Nations Wendat et la certitude, l’absolue certitude, que les seules choses vraies sont les choses vécues en rêve et la poussière et le rire des visages et la poussière et le rire des danses et la poussière et le rire des mots et la découverte et l’échange. Je sais aussi que rien ne me rendra jamais non plus l’imaginaire et l’exaltation de mes lectures d’enfant. Et, ressassant tout ça, le considérant sans fard aux périphéries les plus lucides de ma mémoire, je n’ai plus aucune envie de prendre ces foutus médicaments.

BBruxelles,RueJulesBesme,Apache02

  • Où : Canada, Mauricie, Rivière Batiscan.
  • Quand : Été 1999.
  • Appareil : Canon AE1.

le 24 mai 2013 | rubrique Ailleurs | 16 Réactions | Imprimer Imprimer ou Générer un PDF

Web PARTAGER: TwitterFacebookLinkedinViadeoTechnoratiDeliciousDiggRedditStumble UponGoogle BookmarksWikioEmail
Sujets :

Vous aimez le travail de Marco ? Ne ratez plus rien, abonnez-vous par Mail ou fluxFeed RSS.

16 Réactions

Photoblog Awards
  1. 45 réactions 5-24-2013

    Que dire ? Une fois encore, ton texte est sublime. Est-ce parce que nous avons évoqué le Canada hier que t’est venue l’inspiration ? Photo hors du commun !

  2. 33 réactions 5-24-2013

    Pourquoi regret? Les choses sont là, elles t’attendent.
    Quant à la magie des premières lectures, à te lire je la retrouve, et ne nous leurrons pas, tellement plus riche que dans d’illusoires souvenirs – riche de toutes ces lectures, et tous ces souvenirs, et regrets aussi oui. Il te faut juste trouver… ton Marco Carbocci!

  3. 28 réactions 5-24-2013

    Salut Marco, belle photo, ça change de la photo de rue !
    Dom

  4. 10 réactions 5-24-2013

    Magnifique(s) photo(s) et texte très émouvant
    nostalgie, quand tu nous tiens…

  5. 34 réactions 5-24-2013

    Bonjour Marco
    Effectivement avec ta photo et ton allusion au dernier des Mohicans ,on verrait bien surgir un peau rouge avec son tomahawk ,tiens ça me donne envie de le relire ,je vais aller farfouiller dans ma bibliotheque
    bonne journée à toi

  6. 19 réactions 5-24-2013

    « la vie est un long fleuve tranquille » et non pas forcément !!! serait-elle aussi trépidante si elle l’était? ne perdrait-elle pas son attrait? les creux de vagues, les courants, les tourbillons ne sont-ils pas ce qui donne du piment, ce qui donne envie de résister? même si les turbulences nous font parfois nous échouer, épuisés sur des rivages hostiles, les courants nous portent aussi vers des rives magnifiques et surprenantes nous offrant le calme après la tempête … alors pagayons sur ce fleuve si changeant mais évitons d’aller à contre courant, laissons nous aller au fil de l’eau …

  7. 4 réactions 5-24-2013

    ciao de nouveau, Marco ;
    j’ai encore adoré ton « 108 – Par les forêts et les rivières » ; je t’avais promis un mail perso, mais le temps me presse continuellement (la mise à jour complète du site du Héron), et le soir, je n’ai plus le courage d’écrire ;
    je retrouve dans tes deux derniers textes la richesse humaine, ton vécu ou celui de l’homme qui te ressemble et parle pour toi, et je retrouve cet être humain que j’avais particulièrement aimé dans les « Sur les épaules du fleuve » ;
    (c’est une réflexion de ma sensibilité : le récit du narrateur qui écrit « je » n’implique que lui-même (et d’autres, évidemment, secrètement), tandis que le « tu » implique de force le lecteur, celui-ci peut se sentir démasqué là où il n’a pas envie qu’on l’observe ; oui, je crois que le « je » du narrateur permet au lecteur de se sentir libre d’apprécier la beauté d’une réflexion et d’une écriture) ;
    ciao Marco, amicalement,
    Anne-Marie

  8. 1 réactions 5-25-2013

    I’ve often reflected that spending time looking backward simply means we just move forward more slowly :-)

  9. 7 réactions 5-26-2013

    Les tourments de la mémoire, rarement un fleuve tranquille. Je rgrette toujoures ne te lisant ce regard triste sur le présent. Comme nombre de mes amis, tu sembles vivre ce passage de la vie comme une souffrance et d’ennui, Et pourtant le monde est toujours aussi riche d’émotions et de surprises. Juste une question de regard mais uremnt pas pas seulement à travers la fenêtre 😉

  10. 33 réactions 5-26-2013

    Bien le bonjour à toi, les photos je ne donne pas mon avis car avec le recul je m’ aperçois que les critiques sur les clichés sont toujours issu d’ une vision personnelle ( ce qui ne m’ empêche pas de trouver ton travail excellent)pour le texte je me pose la question de savoir pourquoi je suis aussi sensible à tes textes, celui ci me reconnecte ( mot à la mode) à mes souvenirs, merde, avec mes livres d’ enfance et surtout d’ adolescence que de voyage j’ ai fait. Mais pas de nostalgie cela reste un bon souvenir et j’espère que lorsque ma dernière heure sera venue( et elle est plus proche que la première) je replongerai dans ces souvenirs. A bientôt l’ Ami.

  11. 8 réactions 6-3-2013

    Un vrai beau texte pour accompagner la course folle du torrent… merci, un plaisir de te lire, Marco ! Bises à toi.

  12. 14 réactions 6-4-2013

    ….on peut voir mille fois le même paysage, parcourir mille fois le même chemin, il ne sera jamais le même, le regard qu’on y pose sera toujours différent selon qui nous accompagne…quand je dis qui, cela implique aussi Dame Solitude…

    Ton texte semble relater échec et regret alors qu’en fait il parle d’un défi personnel…

  13. 17 réactions 6-7-2013

    J’adore tes textes et, j’aime beaucoup aussi lire les commentaires qu’ils suscitent, voir la façon dont chacun va s’approprier tes mots,leur donner vie, couleurs et sons (j’imagine pour ma part, à chaque fois, une intonation de voix) se forgeant par là même, parfois, une image, idée de toi, peut-être projection d’un autre eux-même, construisant entre tes mots et les leurs, comme un va et vient en humanité, bribes de journal intime, de pensées secrètes, introduisant souvent un entre-deux (j’adore les entre-deux!)entre réel et désir…
    Donc merci à toi de permettre ça…

  14. 27 réactions 6-24-2013

    Mais oui, rien de plus vrai que les souvenirs rêvés qui rebâtissent un passé plus conforme à notre réalité !

  15. 50 réactions 9-3-2013

    I love the way you’ve captured the movement of the water. The low viewpoint and the beautiful trees in the distance make it feel like a dream. Wonderful work!

  16. 7 réactions 10-9-2013

    waou! c’est vrai qu’il est superbe…

flux rss commentaires de ce billet

Laisse quelques mots - Say something - Scrivi

Notifiez-moi des commentaires à venir via email pour ce billet précis. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.