Je m’ennuyais sec à Trois-Rivières. J’avais le sentiment de ne plus m’appartenir. Pierre, mon pote, avait disparu depuis trois jours. Il m’avait laissé un mot : « on se reverra à Mtl ». Dans le coin, on écrit « Mtl » pour Montréal et, quand on le prononce, ça ressemble à ça aussi. Linda me tirait la tronche, mais ça m’était bien égal. Cela faisait des semaines que je me fichais complètement de Linda et probablement un peu plus longtemps qu’elle se fichait de moi. Ce n’était pas pour elle que je m’étais tapé 5.000 bornes, même si elle avait dû le penser un moment. Ce n’était pas à cause d’elle non plus que je m’ennuyais tellement à Trois-Rivières.

Il n’y a rien à foutre à Trois-Rivières. Quand tu as vu le St Laurent, tu vas voir le centre. Quand tu as vu le centre, tu retournes sur le St-Laurent. Je me serais tiré depuis longtemps si j’en avais eu les moyens. J’étais à sec. Déplorablement sur les jantes. J’avais remballé mes pages de proses sur le vieux continent et j’attendais le mandat qui me permettrait de tracer sur Montréal. Tous les jours, je me tapais la file à la banque. Après, j’inventais des chemins alternatifs pour revenir à mon point de départ. Linda me jetait : « T’es toujours là, ç’a pas de bon sens ! » J’allais me caser dans l’arrière-cour sans lui répondre. Demain, avec ou sans mandat, je me promettais de filer de ce bouge.

En attendant, je traînais longuement dans la ruelle, tâchais de diluer mon ennui, de l’accorder à cette vie molle qui n’appartient qu’à la ruelle. Je n’ai pas repéré tout de suite la môme de la maison voisine : comme un petit caméléon, elle avait sa manière à elle de se fondre dans le décor. Une fois que je l’ai eu repérée, j’ai tenté de lui parler. Mais elle : pas un mot, pas un mouvement. Elle se contentait de me guetter avec cette grosse moue renfrognée.

La lune montait très tôt sur les toits ce jour-là. J’ai regardé la môme et ai songé à la relancer : « tu sais, lui ai-je dit, la Lune est menteuse : lorsqu’elle forme un C cela signifie qu’elle décroit. Et lorsqu’elle forme un D… » Mais elle n’avait pas l’air de m’écouter. Je me suis assis et me suis activé une goldo sur le bord du trottoir. J’ai laissé filer du temps sans plus m’occuper de la môme.

Un moment plus tard, déviant un regard distrait dans sa direction, j’ai vu qu’elle me matait toujours. Ensuite, elle a levé les yeux vers la Lune : « Menteuse ! Menteuse ! », s’est-elle mise à couiner, avant de se réfugier en courant dans la maison. J’ai expédié mon mégot dans la ruelle et m’en suis rallumée une illico pour dissiper le malaise. Je me sentais totalement inapproprié subitement. Et je crois que, moi aussi, je me serais enfui sans me retourner, si seulement j’avais su où me cacher.

[A titre indicatif, cette image a été obtenue en opérant un scan sur le négatif argentique. Je n’avais pas pris la peine d’en faire un tirage papier à l’époque.]

  • Où : Trois-Rivières (Québec)
  • Quand : Août 1999.
  • Appareil : Canon AE1.

le 14 novembre 2011 | rubrique Ailleurs | 26 Réactions | Imprimer Imprimer ou Générer un PDF

Web PARTAGER: TwitterFacebookLinkedinViadeoTechnoratiDeliciousDiggRedditStumble UponGoogle BookmarksWikioEmail
Sujets :

Vous aimez le travail de Marco ? Ne ratez plus rien, abonnez-vous par Mail ou fluxFeed RSS.

26 Réactions

Photoblog Awards
  1. 7 réactions 11-14-2011

    Je découvre ton site et j’apprécie. Le texte et la photo sont un tout très agréable. A bientôt Marco.

    • 1238 réactions 11-15-2011

      Merci Jean-Luc et sois le bienvenu dans les parages. C’est en effet mon pari d’accorder image et texte dans une même séquence narrative.

  2. 45 réactions 11-14-2011

    J’ai adoré la photo qui colle tout-à-fait avec le texte. Celui-ci est superbe comme d’habitude. Bravo !

    • 1238 réactions 11-15-2011

      Merci. Cette fois, j’ai écris le texte après coup (bien après coup, puisque l’image date de 1999). Et je suis bien heureux que ça colle !

  3. 30 réactions 11-14-2011

    Interesting image . I am not sure I understand the point though !

    • 1238 réactions 11-15-2011

      C’est que texte et image forment un binôme (c’était d’emblée l’objectif de ce blog) et qu’il est peut-être malaisé de les décrypter séparément. Mais, promis : je planche toujours sur l’idée d’une traduction en anglais.

  4. 38 réactions 11-14-2011

    Le rêve est grand qui s’évade de l’habitât-prison.
    Il ne faut rien espérer de la lune qui, menteuse comme les Hommes, ne tient pas ses promesses.

    • 1238 réactions 11-15-2011

      J’ai toujours aimé cette idée que la Lune était menteuse (comme me le répétait ma maman quand j’étais môme). Mais détrompe-toi : je continue à espérer beaucoup de la Lune. Tiens ! Je suis partant illico pour intégrer l’équipe d’un futur programme Apollo.

  5. 51 réactions 11-14-2011

    Ah, Marco et ses photos d’enfant, en avant ? M’en voilà ravie. Pas très contente la petite, de découvrir que le mensonge trône au-dessus de nos têtes :) (un jour, il faudra lui dire aussi que l’honnêteté est rarement payante mais qu’elle permet d’être en paix avec soi, ce qui n’a pas de prix) Toujours un plaisir de te lire.

    • 1238 réactions 11-15-2011

      Euh… oui… enfin, je reconnais bien évidemment que nos derniers échanges finiront par me convaincre de poster des images d’enfants. Mais là, c’est surtout l’image d’une moue extraordinaire. Quant à l’enfant, elle doit songer plan de carrière et troisième maternité à présent : si je lui ai volé le portrait, il y a prescription. Bref : en l’espèce, aucune difficulté majeure à m’asseoir sur les scrupules que tu sais.

  6. 17 réactions 11-14-2011

    Je ne savais pas que tu travaillais sur deux projets à la fois !!! Quel courage !!! Bon, pour ce que je viens de lire, j’aime beaucoup. Style vif, phrase courte, un mouvement trés actuel que j’apprécie dans mes lectures. Un rien de style américain. Bref, du bon boulot.
    Nathalie

    • 1238 réactions 11-15-2011

      Eh bien, en vérité, je suis du genre à travailler sur 36 projets en même temps. Mais ici, je dois pourtant te détromper : j’ai composé ce texte en fonction de l’image et ça m’a pris le temps de descendre un café (ce qui à mon sens ne correspond pas à un vrai travail d’écriture). Ceci posé,le style court, façon génération perdue, c’est carrément ma tasse de thé. Incidemment, (pub ! pub !) il y a des exemples de nouvelles sur mon site d’auteur.

  7. 33 réactions 11-14-2011

    Bonsoir, un cliché extraordinaire, pas techniquement, mais bon un négatif scanné est rarement parfait lorsqu’il passe sur un écran d’ ordinateur, mais la tête de la gamine est fabuleuse et « colle » bien au désoeuvrement qui ressort du ( comme d’ habitude très beau) texte. Amicalement, bonne semaine.

    • 1238 réactions 11-15-2011

      Merci Robert. C’est vrai que le scannage de négatif est très souvent décevant. J’ai récupéré ce qui pouvait l’être. Ce n’est pas toujours possible.

  8. 9 réactions 11-14-2011

    …c’est agréable de terminer ainsi sa soirée en venant te lire….une écriture fraîche et légère malgré ce sujet qui ne l’est pas lui: léger!!!!
    mais c’est ainsi aussi que je conçois la photographie: faut un texte pour la faire parler..faut la faire vivre: belle ou pas belle: ce n’est pas cela l’importance: c’est surtout ce que le photographe a vu au moment de ce clic clac…j’aime sentir les choses en essayant de comprendre le sujet.. et chez toi: c’est ainsi..
    ..avec cette moue, cette petite fille a une histoire : son histoire… en plus de celui du narrateur.. je suis fan.;;-)

    • 1238 réactions 11-15-2011

      Merci Manola. Tiens ! Au risque de me faire lyncher, je vais le répéter une fois encore : je suis auteur bien avant d’être photographe. Et c’est bien pour fusionner l’image et le texte que j’ai eu l’idée de ce blog. Ceci posé, je crois qu’il y a des images qui parlent d’elles-mêmes. Ce n’est pas ma vision de l’image, mais je la respecte infiniment. Content en tous les cas que nous ayons la même conception de la chose.

  9. 34 réactions 11-15-2011

    Beau cliché et texte très sympa surtout que j ai été à Trois rivières pour aller sur Tadoussac et Chicoutimi
    j espere qu il y aura une suite parce que je l ai lu d une traite
    bonne journée

    • 1238 réactions 11-15-2011

      En vérité, je ne pensais pas du tout faire une suite. Au-delà des « Cendres de mon père » que je publie ici, je travaille surtout sur mon prochain roman qui monopolise tout mon temps d’écriture. Alors, je dois bien avoir aussi l’une ou l’autre image de Tadoussac et Chicoutimi, mais je dois avouer que je suis bien trop feignant pour remonter mon labo argentique. Mais promis ! Je vais voir ce que valent les scans négatifs que je pourrais en faire. A titre indicatif, il y a déjà une image de Montréal dans la section « ailleurs ». A part ça, et puisque tu y es allé, ai-je été trop sévère avec Trois-Rivières ?

  10. 20 réactions 11-15-2011

    Une photo et un texte qui collent à l’idée que je me fais de « l’intérieur » du Québec. Et qui colleraient aussi bien avec ce que je sais de l’intérieur de mon État, l’Espírito Santo. Avec ses petites villes perdues dans la montagne, peuplées de descendants d’Allemands et d’Italiens (principalement), où même les enfants, surtout les enfants, traînent leur ennui le long des rues pavées ou dans les jardins qui jouxtent les maisons. En attendant de rejoindre la grande ville où les plus chanceux iront étudier, les autres tenter leur chance en tentant 36 boulots, en défiant 36 misères.

    • 1238 réactions 11-15-2011

      Oui, c’est exactement comme ça que je l’ai ressenti moi-aussi. En même temps, si je suis allé au Québec, c’est principalement pour rencontrer les autochtones. J’en ai ramené peu d’images, d’abord parce que j’étais là comme journaliste de la presse écrite et auteur, ensuite parce que l’idée de rencontrer cette culture au bout de mon objectif ne me souriait guère à l’époque : je voulais m’en imprégner le plus directement possible. Lorsque je suis revenu me poser à Trois-Rivières, j’avais passé déjà de longues semaines dans les réserves amérindiennes. Je me souviens qu’en encadrant la moue de cette petite môme (qui était réellement ma voisine d’arrière-cour)j’ai pensé que c’était exactement l’image que je conservais des enfants des réserves. Pour l’anecdote, on m’a confirmé après coup que l’un de ses parents (j’ai oublié lequel) était en effet d’origine algonquine, un amérindien « intégré », càd ayant renoncé à ses racines et les dissimulant le plus souvent pour intégrer le merveilleux rêve occidental. C’était d’ailleurs le cas aussi des gens qui m’hébergeaient et du fameux Pierre, moitié Mohawk, moitié Rital, dont il est question dans la fiction ci-dessus.

  11. 19 réactions 11-15-2011

    fantastica atmosfera con una forte componente di tristezza

    • 1238 réactions 11-16-2011

      Grazie Fabrizio.

  12. 50 réactions 11-15-2011

    What an amazing image – composition, texture and depth of filed are fabulous. And I know that face of the little girl so well… you really pressed the shutter at the perfect moment. I admire how well you manage to tell stories with your images, many compliments.

    • 1238 réactions 11-16-2011

      Tu me fais encore une fois de très beaux compliments, Martina.

  13. 27 réactions 11-26-2011

    j’ai beaucoup les titres très poétiques des photos

  14. 27 réactions 11-26-2011

    OUPS, je voulais écrire j’AIME :)

flux rss commentaires de ce billet

Laisse quelques mots - Say something - Scrivi

Notifiez-moi des commentaires à venir via email pour ce billet précis. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.