Je repense parfois à ces après-midis longs comme un dimanche que je passais à m’ennuyer à la fenêtre. Mes frères, ma sœur, emplissaient l’appartement de leurs cris d’apache. Du haut de mes dix ans, je m’estimais trop grand, trop vieux, pour me mêler à leurs jeux. J’étais ailleurs, le front et les dix doigts collés à la fenêtre. Il n’y avait pas beaucoup de passage dans la rue. Rien à épier, sinon d’autres fenêtres. Mais je redoutais terriblement ce moment fatal où quelqu’un dirait : « Et si tu sortais un peu pour profiter du soleil ? » Je n’en avais rien à foutre du soleil. Je savais que rien ne pourrait me consoler du froid contact de la fenêtre qui me pénétrait par les dix doigts, le front, qui m’engourdissait mollement l’imaginaire, qui me vidait de toute substance et me jurait, mesquin, qu’il n’y aurait rien de plus à vivre au bout de l’enfance.

  • Où : Enghien (Belgique), rue de la Station.
  • Quand : 3 avril 2012.
  • Appareil : Canon Eos 60d.

le 9 avril 2012 | rubrique Ailleurs | 61 Réactions | Imprimer Imprimer ou Générer un PDF

Web PARTAGER: TwitterFacebookLinkedinViadeoTechnoratiDeliciousDiggRedditStumble UponGoogle BookmarksWikioEmail
Sujets :

Vous aimez le travail de Marco ? Ne ratez plus rien, abonnez-vous par Mail ou fluxFeed RSS.

61 Réactions

Photoblog Awards
  1. 17 réactions 4-9-2012

    bonjour Marco ,
    ta prise est superbe le N&B bien géré, après avoir lu le texte ça colle a la perfection , on y est, on ressent la situation .
    je verrais bien un recueil de des photos avec les annotations associées,ça serait plaisant a lire pour quelqu’un comme moi qui ne suis pas un lecteur assidu! pas besoin de se creuser la tête juste regarder les photos et y entrer en lisant le texte rêver quoi.
    amicalement

    • 1238 réactions 4-9-2012

      Patsy, figure-toi que l’idée d’une telle publication est justement en train de faire son chemin dans ma tête. Bon. Je l’avoue : je suis un vrai maniaque dès qu’il est question d’édition et ce genre d’idée a donc toujours tendance à faire un très très long chemin avant de se concrétiser. Ceci dit, les encouragements de ton commentaire sont certainement de nature à me faire précipiter un peu l’allure.

  2. 2 réactions 4-9-2012

    bonjour Marco

    meme avis que Patzi
    tu pourrais aussi suivre une personne ou un groupe avec une serie de photos un peu comme un detective prive et ensuite ecrire un texte
    si tu veux UNE NOUVELLE TEXTE agrementee opportunement de photos s y rapportant
    ou alors encore une idee regarde le magazine NOUS DEUX c est un roman photos
    @+
    armand

    • 1238 réactions 4-9-2012

      Merci Armand. J’ai déjà répondu à ton précédent commentaire. Confronté à mon travail d’écrivain, ce qui me plaît dans la photographie, c’est justement que je ne suis pas obligé de suivre tel ou tel personnage et que je puis chaque fois m’affranchir des structures narratives et sémiotiques, ou plus exactement en investir de nouvelles à chaque cliché. Mais c’est vrai que ton idée ne manque pas d’intérêt… et le journaliste que j’ai été également pourrait bien se laisser tenter.

  3. 19 réactions 4-9-2012

    Salut Marco,

    Il n’y a pas de doute: tes photos laissent toujours songeur! Merci!

    • 1238 réactions 4-9-2012

      Merci à toi Yves. Si mes images induisent ne serait-ce qu’un tout petit bout de réflexion, je n’ai pas perdu ma journée.

  4. 26 réactions 4-9-2012

    Enfant je voulais qu’il pleuve tous les jours pour ne pas avoir à sortir « prendre l’air ». Il en reste toujours quelque chose : je culpabilise quand le soleil est dehors et moi dedans :-)

    • 1238 réactions 4-9-2012

      Oui ! C’est exactement ça ! Moi aussi je culpabilise. On ne se refait pas !

  5. 17 réactions 4-9-2012

    Géniale cette prise de vue, le n&b est une petite merveille et le texte nous rappel de long souvenir !!
    Bon week end Pascal

    • 1238 réactions 4-9-2012

      Merci beaucoup, Wolfen. Faut bien que je le confesse quelque part : je suis très satisfait de cette image… et ça n’arrive pas souvent.

  6. 38 réactions 4-9-2012

    A 10 ans, qui a-t-il à rêver dans un environnement prison restreint ?
    Combien faut-il d’imagination pour s’échapper et se construire hors des murs ?
    Ce trait oblique, ombre de fil … Je ne vois que lui et je m’interroge ; tire-t-il un trait sur le passé ou l’avenir ?
    Superbe, encore !

    • 1238 réactions 4-9-2012

      Content que tu aies relevé ce trait d’ombre, Dan. En vérité, c’est lui que je cherchais sur les façades avant même de repérer le môme. Je n’aurais vraisemblablement pas pris d’image sans le môme, mais la notion de biffure contenue dans l’ombre est essentielle à ma composition. Navrant réflex de philologue : je me suis même allé à évoquer mentalement la fameuse caverne de Platon. Nan mais, pas de panique : je suis capable de lever le pied sur la philologie.

  7. 6 réactions 4-9-2012

    excellent ce cliche Marco, d’un autre temps!

    • 1238 réactions 4-9-2012

      Merci Bruno. Et, te sachant toujours mesuré dans tes interventions, je suis d’autant plus content de te voir te manifester ici.

  8. 33 réactions 4-9-2012

    Pour une fois j’en resterai à la photo: une merveille. Montréal je suppose? Une de ces images qu’il serait malvenu d’analyser tant elles ont la force de l’évidence. Chapeau c’est tout.

    • 1238 réactions 4-9-2012

      Non, non : il ne s’agit pas de Montréal… mais d’une petite ville provinciale du Hainaut belge. Mais c’est mon credo de photographe de rue : pour qui sait voir, il y a du Montréal, du Bamako ou du Katmandou dans tous les coins (mondialisés) du vaste monde. Merci beaucoup, Pascal.

  9. 24 réactions 4-9-2012

    Enfant,j’avais la réaction inverse de la tienne, c’est-à dire que j’aimais être en extérieur, mais cet extérieur était mon intériorité et quand je repense à cette période, je revois un champ, un tilleul avec une balançoire, une grange, un chat, des moments passés seule dans ce décor en marge des autres, un monde rien qu’à moi…La vitre de ta photo exprime bien ce désir d’intériorité,le besoin de rêver, de toucher du doigt la séparation entre le cocon familial et l’ailleurs moins sécurisant.
    Bonne journée!

    • 1238 réactions 4-9-2012

      Jolie, ton analyse Ritournelle. Mais je vais profiter de ma réponse pour signaler une de mes limites : dans mes textes, j’agis en romancier. Je suis de ceux qui pensent qu’une bonne fiction doit se nourrir du vécu et qu’il y a donc toujours une part d’autobiographie dans un texte. Ceci posé, l’autobiographie n’est jamais une fin en soi. Et si je veux être honnête, je crois que j’étais davantage un môme des rues moi aussi… et des grands terrains vagues, des jungles d’orties et de ronces, qui aéraient encore une métropole qui n’avait pas achevé de se répandre.

  10. 8 réactions 4-9-2012

    Superb composition. I feel like this child, child behind the windwo viewing the world – me behind the camera viewing the world.

    • 1238 réactions 4-10-2012

      Merci Robert. En vérité, le monde se limitait à un pan de mur et quelques fenêtres pour ce môme. Mais je suis bien ta comparaison : ce n’est pas un hasard si j’ai justement intitulé ce blog « Et si un regard par la fenêtre ».

  11. 14 réactions 4-9-2012

    Salut Marco,
    Cette photo est juste et simplement parfaite… Je te l’envie encore plus que les autres!
    Quant au texte, il me touche parce qu’il est différent (à mes yeux) de la photo. Le sentiment qui s’en dégage ne correspond pas à celui que j’ai trouvé dans ta photo, mais serait plutôt, toujours selon moi, le résultat d’une pensée vagabonde et nostalgique initiée par cette photo. Ce qui fait que le texte et la photo offrent un spectre plus large que si un seul des deux éléments avait été présenté. Et si l’un et l’autre me touchent séparément, ils me bouleversent ensemble… Parce que, entre autres, à 41 ans, moi aussi je culpabilise toujours de « rester enfermer alors qu’il fait si beau dehors »…
    A bientôt,
    Olivier.

    • 1238 réactions 4-10-2012

      Parfaite, je ne sais pas : Lasiate ci-dessous a bien délogé les petites zones cramées qui eussent mérité un diaf de plus (et qui m’ont vachement gonflé au PT). Content que tu relèves l’écart entre l’image et le texte : créer une dialectique du texte et de l’image est très souvent ce que j’entends faire en effet. A part ça, échange sans taxe ni frais d’expédition tes 41 contre mes trop bientôt 50. Je prends même la culpabilité. Je n’ai jamais eu trop de difficultés à instrumentaliser la culpabilité.

  12. 32 réactions 4-9-2012

    Cette photo évoque la misère de ces petites vies enfermées derrière de pauvres rideaux de tissu mal coupé, d’enfants qui pensent que la vie est plus belle dehors avec ses cris, ses rires, ses rayons de soleil et ses gouttes de pluie. Les mains collées sur le miroir infranchissables des rêves parentaux inaccomplis. Elle me rappelle certaines fenêtres de ces tristes banlieues américaines.
    Non! il ne fait pas si beau dehors. Ils sont combien ces oisillons qui ne veulent pas sortir du nid chaud des tendresses et des mots sucrés de l’affection qu’on ne se lasse jamais de suçoter du coin de l’oreille.
    Qui peut savoir ce que disent ces mains et ce regard ! appel du large ou sensation douce du verre qui protège? En tout cas une belle image qui parle mais qui techniquement aurait mérité 1 diaf de plus pour éviter les zones un peu brûlées sur le rideau et le visage

    • 1238 réactions 4-10-2012

      J’aime beaucoup ta lecture. Que dire de plus ou mieux ? Alors, comme je le confiais à Olivier, ci-dessus, ces petites zones cramées m’ont fait hésiter au traitement. Comme je n’aime pas tricher, je les ai laissées en état. Mais ton commentaire finit de me persuader que je pourrais donner un peu de matière surtout sur les rideaux de gauche.

  13. 3 réactions 4-10-2012

    La photo me plait mais le texte me marque (parle ?) encore plus. A lire ce que tu décris tu as l’air déjà (10 ans, c’est tôt !) très séparé de toi. Cette capacité de s’extraire de soi, je la connais bien … alors je voulais te dire que j’avais commencé un livre vraiment génial, c’est le dernier Pennac (journal d’un corps). Au plaisir de te relire.
    Laurent

    • 1238 réactions 4-11-2012

      Merci Laurent. Quant à moi je découvre ton blog (manifestement tout chaud, tout neuf) et je recommande vivement à tout qui lit ces lignes d’y aller faire un tour. Pour ma part, j’accroche totalement et mobiliserai au plus vite le temps d’y larguer du commentaire.

  14. 30 réactions 4-10-2012

    Yes, baby, remove these ugly sheets and see some light !
    Beautiful frame, Marco 😉

    • 1238 réactions 4-11-2012

      Thanks, Mariana. Happy to see you here.

  15. 49 réactions 4-10-2012

    Une photo qui me rajeunit terriblement.
    Superbement capté.
    Bonne semaine, Marco.
    Amicalement.
    Yvon.

    • 1238 réactions 4-11-2012

      Voilà ce que c’est d’avoir un esprit positif ! Moi, au contraire, ça me donne carrément un coup de vieux.

  16. 9 réactions 4-11-2012

    ..oui rester avec sa tendresse et sa sécurité , même minimes, derrière ces vitres poussiéreuses .. qu’est ce que le soleil à voir là dedans?? tout un mélange de pensées, si bien décrites: du vécu ou pas: c’est ainsi que ce sentiment de nostalgie surgit en lisant ce texte qui décrit si bien ce cliché ….autobiographique ou non, il y a ce mélange de vécu et de rêve ..
    je te lis souvent, mais n’ose pas commenter: de peur de mal décrire mes sensations ..mais ce poste ne me laisse pas indifférente.. ….

    • 1238 réactions 4-11-2012

      Bien sûr, il y a toujours une part de vécu. Mais tu es sérieuse, Manola ? Tu t’abstiens quelquefois de peur de mal t’exprimer ? Eh non, bella ! Ce blog est une république populaire (et sans chinoiseries) : s’il y a bien un principe auquel je tiens, c’est que tout le monde est libre de s’y manifester comme il l’entend. Tu y dis « oui » ou « merde » comme tu le sens et je puis t’assurer d’avance que tu me feras plaisir. Ceci posé, tu décris parfaitement tes sensations.

  17. 23 réactions 4-11-2012

    Bonjour Marco,
    Je suis du même avis que Patzi, tes travaux méritent une publication et en prime du as l’art du bon texte.
    Quand à la photo elle est pleine d’émotion et forte!
    Parfait en cadrage et traitement!
    Bien à toi Marco.
    Rolans

    • 1238 réactions 4-11-2012

      Merci Roland. En vérité, si jamais j’ose un livre, ce sera surtout en m’appuyant sur la formule « photos+textes ». Car je me trouverais déplorablement prétentieux de ne miser encore que sur mes seules images.

  18. 3 réactions 4-11-2012

    La photo illustre à merveille ton texte. Uant à moi, née dans la lumière méditerranéenne,c’est au contraire l’enfermement qui me posait problème et j’ai mal vécu ces longues années de pensionnat où j’attendais avec impatience le samedi pour retrouver la liberté …

    • 1238 réactions 4-11-2012

      Merci Monik. En te lisant, je me dis que ce sont peut-être justement mes racines méditerranéennes qui me poussaient à me cacher quelquefois du ciel gris.

  19. 51 réactions 4-19-2012

    L’ombre du fil électrique barre la fenêtre. A l’intérieur on n’aspire qu’à s’échapper, ouvrir grand les fenêtres, arpenter, rencontrer, fuir l’ennui, la télé, les repas silencieux, plombants, les chambres trop étroites et les murs oppressants. Une envie d’ailleurs, de prairies et d’exotisme, taper au carreau ne sert à rien, il faut contourner le verre coupant des vitres glacées. Du soleil. De l’air. Un sourire. C’est possible. Dehors. Plein soleil, quel que soit le ciel, quel que soit le temps.

    • 1238 réactions 4-24-2012

      J’aime bien quand tu fais du texte, Aurore. Tu exprimes joliment les envies d’ailleurs.

  20. 27 réactions 4-20-2012

    Souvenir de ces après midi d’automne-hiver où pour tuer l’ennui et surtout pour ne pas l’avouer, on s’invente quelque activité…

    • 1238 réactions 4-24-2012

      On fait toujours un peu ça, non ? Au début, parce qu’on n’a pas le choix. Après, par habitude et qu’on demeure convaincu de ne pas avoir le choix.

flux rss commentaires de ce billet

Laisse quelques mots - Say something - Scrivi

Notifiez-moi des commentaires à venir via email pour ce billet précis. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.