Je repense parfois à ces après-midis longs comme un dimanche que je passais à m’ennuyer à la fenêtre. Mes frères, ma sœur, emplissaient l’appartement de leurs cris d’apache. Du haut de mes dix ans, je m’estimais trop grand, trop vieux, pour me mêler à leurs jeux. J’étais ailleurs, le front et les dix doigts collés à la fenêtre. Il n’y avait pas beaucoup de passage dans la rue. Rien à épier, sinon d’autres fenêtres. Mais je redoutais terriblement ce moment fatal où quelqu’un dirait : « Et si tu sortais un peu pour profiter du soleil ? » Je n’en avais rien à foutre du soleil. Je savais que rien ne pourrait me consoler du froid contact de la fenêtre qui me pénétrait par les dix doigts, le front, qui m’engourdissait mollement l’imaginaire, qui me vidait de toute substance et me jurait, mesquin, qu’il n’y aurait rien de plus à vivre au bout de l’enfance.

  • Où : Enghien (Belgique), rue de la Station.
  • Quand : 3 avril 2012.
  • Appareil : Canon Eos 60d.

le 9 avril 2012 | rubrique Ailleurs | 61 Réactions | Imprimer Imprimer ou Générer un PDF

Web PARTAGER: TwitterFacebookLinkedinViadeoTechnoratiDeliciousDiggRedditStumble UponGoogle BookmarksWikioEmail
Sujets :

Vous aimez le travail de Marco ? Ne ratez plus rien, abonnez-vous par Mail ou fluxFeed RSS.

61 Réactions

Photoblog Awards
  1. 8 réactions 4-24-2012

    Bonjour,

    Je suis déjà venue sans mettre de commentaires.Attirée par la curiosité après avoir lu vos commentaires sur le blog de Jacques Robert et les avoir trouvés intéressants et pleins de finesse.
    J’aime beaucoup vos photos, je les trouve très belles à tous les sens de ce terme bien trop souvent utilisé. Et j’aime aussi vos textes.

    • 1238 réactions 4-25-2012

      Merci pour ces beaux compliments, Malilouléa. Avant tout, sois la bienvenue sur ces pages.

  2. 25 réactions 4-24-2012

    Toujours aussi fortes tes photo, toujours ces noirs et blancs aussi beaux !
    Et dire qu’il faut que tu passes chez moi pour que je pense à venir ici …

    • 1238 réactions 4-25-2012

      C’est que je vois résolument mes images en N&B. Si j’avais quelque don pour les voir en couleurs, je me permettrai peut-être de chasser un peu sur ton terrain.

  3. 7 réactions 4-25-2012

    Ce jeune enfant à la fenêtre me fait penser qu’il regarde devant lui ce que sera sa vie… Pourvu qu’il sorte de derrière sa vitre et se créé un espace de liberté…

    • 1238 réactions 4-29-2012

      Je m’interroge : ça devrait être enfant, puis apprendre et grandir avec nous la liberté. Ou non ?

  4. 29 réactions 4-27-2012

    J’aime beaucoup cette photo qui parle de la vie ! qui montre la vie ! Une vie ou chacun peut projeter une histoire, la sienne ou celle qu’il imagine …

    • 1238 réactions 4-29-2012

      Merci Jacques. Oui, encore une fois : mon interprétation doit être une interprétation parmi tant d’autres. Une image devrait pouvoir susciter une histoire (différente ou non : peu importe) pour chaque personne qui la regarde.

  5. 33 réactions 4-30-2012

    Ton image m’évoque l’Irlande, les années 50, et ce fil tendu qui partage l’image en deux et en diagonale, l’enfant pris sous le fil(et) et la part haute qui l’attend ? Une liberté à conquérir, ho hisse p’tit bonhomme… Ton texte me touche autant, j’ai aimé l’enfance et je la ressens toujours comme un cadeau, alors je ne regarde pas de la même façon en arrière mais j’entends le poids gris au coeur de ce petit-là et je retourne à l’image avec un autre regard. Le rideau semble un linge qui sèche sur ce fil d’ombre. Bref, j’aime.
    Et j’embrasse bien tendrement ce garçonnet qui embue ta vitre.

    • 1238 réactions 5-7-2012

      Pourquoi pas l’Irlande ? Enfant, j’avais déjà quelquefois un don trop performant pour la réclusion intérieure. Mais je ne voudrais pas laisser entendre que j’ai eu une enfance malheureuse. A l’exception des « Cendres de mon père », mes textes sont avant tout des fictions : ils ne puisent dans l’autobiographie que ce qui est nécessaire à soutenir l’émotion.

  6. 15 réactions 5-8-2012

    comme mis en cage ……………

    • 1238 réactions 5-11-2012

      … comme un oiseau mouillé.

  7. 34 réactions 5-13-2012

    Joli cliché qui rappelle en chacun des souvenirs enfouis à regarder derriere la fenétre

  8. 49 réactions 5-13-2012

    Bonne semaine, Marco.
    Amitiés.
    Yvon.

    • 1238 réactions 5-14-2012

      A toi aussi : bonne semaine, Yvon.

  9. 1 réactions 5-21-2012

    excellent !!! la photo et le texte sont comme mes pensées de petit garçon !!!
    je me souviens, j’étais derrière les carreaux à attendre ma mère… qui devait me rapporter des bonbons !!!!
    il fallait que je sois sage….et je restais , là, debout sur une chaise , collé à la vitre froide !!!!
    magnifique !!!
    le bonheur, c’est d’attendre,de ressentir, de pouvoir imaginer ce que sera l’instant d’après !!!!

    • 1238 réactions 5-21-2012

      J’adore quand mes images tutoient leurs lecteurs, quand elles leur évoquent du vécu et leur permettent de revisiter une émotion. Merci Philippe et sois le bienvenu sur ce blog.

  10. 33 réactions 6-5-2012

    Je me remets à jour et visite de nouveau ton blog après une absence prolongée durant laquelle j’ ai trainé mes appareils photos dans les Pyrénées et les Corbières et je tombe sur ce très bon instantané et ce commentaire toujours aussi savoureux. Comme je l’ ai déjà écris, écrivain certainement mais avec un « oeil » photographique aiguisé, la complémentarité parfaite. Bonne soirée à toi.

    • 1238 réactions 6-8-2012

      Content de te retrouver, Robert. J’irai évidemment chercher sur ton flickr ce que tu nous as ramené des Pyrénées.

  11. 19 réactions 6-4-2013

    Il était une fois un enfant qui avait grandi trop vite … il regardait au loin, perdant ses jeux d’enfants … il croyait qu’être grand c’était tout de suite … il pensait que les jeux étaient futilité … mais un jour il grandit vraiment … il vieillit et il comprit que l’enfance ce n’était pas si mal et qu’il aimerait retrouver son âme d’enfant …les rires et les jeux , l’insouciance, les moments, à la fenêtre, sans penser, à regarder la rue, l’instant, la vie … alors recommença à rêver que jamais il ne serait grand …

flux rss commentaires de ce billet

Laisse quelques mots - Say something - Scrivi

Notifiez-moi des commentaires à venir via email pour ce billet précis. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.