Bon. D’accord. Pour une photo de rue, cette image a tout de même une dimension singulièrement champêtre. Moi, ce qui me parle, c’est la scène de vie plutôt que la rue en elle-même. Mais des paysages, j’avoue n’avoir guère songé à en réaliser depuis l’époque de Brejnev et des Sex Pistols. Je me confesse citadin, sans fausse honte et sans la plus infime velléité de changer de statut. Puis me voilà propulsé chez des proches habitant la campagne. Et c’est le rat des villes qui rend la politesse au rat des champs. Ce fermier, inspectant son champ à l’approche de l’hiver, dans sa réalité fâcheusement verte et humide, m’a semblé un sujet qui méritait peut-être mon objectif. Ou non ?

  • Où : Franes-Lez-Gosselie (Belgique)
  • Quand : Automne 2010.
  • Appareil : Canon Ixus 100.

le 24 février 2011 | rubrique Ailleurs | 3 Réactions | Imprimer Imprimer ou Générer un PDF

Web PARTAGER: TwitterFacebookLinkedinViadeoTechnoratiDeliciousDiggRedditStumble UponGoogle BookmarksWikioEmail
Sujets :

Vous aimez le travail de Marco ? Ne ratez plus rien, abonnez-vous par Mail ou fluxFeed RSS.

3 Réactions

Photoblog Awards
  1. 18 réactions 5-12-2011

    Atmosfera drammatica! Sembra che il contadino stia per affrontare da solo, con un solo bastone, una tempesta in arrivo.
    Immagine molto ‘forte’, bravo!

  2. 27 réactions 11-26-2011

    oh que oui, il méritait une photo de l’animal urbain qui observe l’homme des champs… un peu inquiétant avec ce je ne sais quoi à la main qui a quelque chose de menaçant !

    • 1238 réactions 11-28-2011

      Alors, figure-toi que j’avais posté cette image sur un forum photo. Je l’y avais laissée sans trop me soucier de relever les éventuels commentaires et n’y suis revenu, un peu par hasard, que beaucoup plus tard. Et là, grosse surprise : j’ai un tas de commentaires. J’avais sans le vouloir suscité la polémique entre… les opposants et les partisans de la chasse. C’est que la plupart de mes visiteurs étaient convaincus de voir un chasseur avec son fusil. En vérité, il s’agit d’un fermier qui inspecte son champ en fin de saison. Ce qu’il tient à la main, c’est une fourche avec laquelle il écarte les pierres ou les résidus de sa précédente récolte.

flux rss commentaires de ce billet

Laisse quelques mots - Say something - Scrivi

Notifiez-moi des commentaires à venir via email pour ce billet précis. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.