CaWendake,ReserveWendat01cor

Un jour, traçant sur la piste amérindienne à Weymontachie, j’ai rencontré un ours. J’étais en compagnie d’une jeune autochtone de la nation attikamekw, nommée Marie. Marie n’avait pas vingt ans et me menait par la main comme on mène un enfant, un petit vieillard. Elle me disait : regarde ici, regarde là. C’était agréable d’apprendre et de se laisser guider. Alors, l’ours a surgi devant nous et j’ai commencé à comptabiliser mes morts. Qu’est-on supposé faire lorsque l’on tombe nez à nez avec un ours ? Il était là, à dix, quinze petits pas à peine. Je l’aurais sans doute ciblé sur le champ si j’avais eu un fusil. Sans hésiter une seconde. J’aurais épaulé et aurais prétendu l’allonger là, comme l’aurait fait n’importe quel blanc pétochard. Ne possédant pas de fusil, j’aurais cavalé, grimpé au premier arbre, si Marie ne m’avait illico retenu par la manche de ma parka. Elle a montré d’abord la piste que nous suivions, puis a désigné la transversale: « Ceci est un chemin d’homme et ceci est un chemin d’ours », a-t-elle fait. Et l’ours ? Il a simplement suivi son chemin et nous avons suivi le nôtre, vivants, libres et infiniment insolents dans le vaste monde.

  • Je dois à la vérité de préciser que les trois personnages de cette image, ainsi que la référence à Aataentsic, appartiennent à la nation Wendat (Hurons) et non aux Attikamekws qui vivent beaucoup plus haut au Nord du St Laurent. J’ai tenté de rattraper en post-traitement le mauvais scan de ce négatif. Dis-moi si je me suis planté.
  • Comme toutes les autres, cette photo n’est pas libre de droit. Elle a en outre été publiée en son temps dans la presse périodique pour illustrer une série de reportages que j’ai consacrés à mon périple amérindien et que je me déciderai peut-être à poster un jour sur mon blog d’auteur. Sur celui-ci, on trouvera cependant, répondant au même titre que le présent article, une critique du livre de Jil Silberstein sur la nation des Innus. Pour ceux qui s’intéresseraient aux nations amérindiennes, c’est ici.
  • Où : Wendake, Québec.
  • Quand : Septembre 1999.
  • Appareil : Canon AE1 + 50mm 1.8

le 30 janvier 2013 | rubrique Ailleurs | 32 Réactions | Imprimer Imprimer ou Générer un PDF

Web PARTAGER: TwitterFacebookLinkedinViadeoTechnoratiDeliciousDiggRedditStumble UponGoogle BookmarksWikioEmail
Sujets :

Vous aimez le travail de Marco ? Ne ratez plus rien, abonnez-vous par Mail ou fluxFeed RSS.

32 Réactions

Photoblog Awards
  1. 13 réactions 1-30-2013

    J’aime bien ta photo et le rendu noir et blanc. Il y a juste un petit truc qui me dérange. Ça n’a rien de technique, c’est plutôt du genre esthétique et je pense que ça dérange que mon œil, donc sans importance. Bref, le bâton claire qui sépare les deux personnes de gauche de celle de droite…la séparation est trop franche à mon goût, elle coupe trop la photo en deux. Peut-être que si le bâton était un peu sous-exposé je m’en serais pas aperçu du fait de l’équilibre de la composition avec le bâton de gauche.

    • 1238 réactions 1-31-2013

      Eh bien, moi qui suis particulièrement sensible à ce genre de détail, cela m’avait échappé… jusqu’à ce que tu en parles. A présent, évidemment, je ne vois plus que ça. Vais voir ce que je peux faire et changerai peut-être l’image avec les corrections si j’ai le temps de les faire.

  2. 13 réactions 1-30-2013

    J’oubliais…J’adore ton histoire d’ours.

  3. 32 réactions 1-30-2013

    Une petite fable morale comme tu sais les écrire et l’illustration en soutien. C’est très agréable.
    il fut une époque et des lieux ou hommes et animaux pouvaient se croiser. L’homme a oublié q’il n’était qu’un animal et il massacre tout ce qui n’est pas lui …. et lui aussi souvent.
    une construction intéressante en triptyque mais la lumière n’a pas pardonné au scan et l’aplat lumineux du vêtement blanc attire irrésistiblement le regard.J’aurais sans doute essayé de travailler ce blanc incongru.

    • 1238 réactions 1-31-2013

      Oh, j’ai bien tenté de lui chercher un peu de matière, mais je faisais pis que mieux. Ceci dit, tenant mon histoire, j’ai sans doute été trop pressé de poster l’image sans vérifier à quel point cette zone cramée faisait tâche après compression. Ici aussi, je te répondrai comme à Pixel que je vais chercher le temps de retravailler mon image et tâcher de lui substituer une version corrigée.

  4. 45 réactions 1-31-2013

    N’y connaissant absolument rien en photo, je ne puis t’adresser aucune critique valable ! Moi, j’aime bien la photo ! Na !

    J’ai surtout adoré ton texte. Ton imagination fertile ou, peut-être, ta mémoire profonde, ont, une fois de plus, transformé ce simple fait divers en une prose admirable.

    • 1238 réactions 1-31-2013

      Merci Mamie, mais les critiques adressées par tes prédécesseurs sont fondées. Tenant le texte, j’ai été trop pressé de poster et je ne suis pas mécontent qu’ils me rappellent à l’ordre. Oui, oui : il y a en effet plus de mémoire que d’imaginaire dans mon histoire.

  5. 23 réactions 2-3-2013

    Un beau texte et bonne photo! te souhaite bon dimanche!Roland

  6. 11 réactions 2-3-2013

    En ce qui concerne la photo, suis pas d’accord elle doit rester ainsi, plus naturel et ceci est plus une photo de reportage que d’art, la réalité ici est bien meilleur et surtout avec ton texte.re-bonne journée Marco,Roland

    • 1238 réactions 2-4-2013

      En réalité, j’aurais dû l’indiquer, mais j’ai déjà substitué une version corrigée à celle vue par tes prédécesseurs. l’aplat lumineux relevé par Lasiate était vraiment rédhibitoire.

  7. 51 réactions 2-3-2013

    Maudite peur… il faut bcp de confiance en l’autre pour se laisser ainsi guider sur les chemins des Hommes, et quelle découverte, au bout. Très belle fable morale, toujours un plaisir de te lire. J’allais dire que j’aime bcp la construction de la photo (l’impression que le tiers à droite pourrait être une photo indépendante n’est pas fausse et tient selon moi surtout aux contrastes) et je le maintiens, leurs regards hors cadre à tous les trois suggèrent une assemblée bien plus grande encore.

    • 1238 réactions 2-4-2013

      Ils n’étaient guère plus nombreux en vérité. Cela se passait au village huron de Wendake, périphérie de Québec, et la majorité des autochtones achevaient de se démaquiller après avoir réalisé une danse de guerre pour les touristes. Ce qui me motivait alors, c’était l’écriture : lorsque – en quête d’authenticité – je suis parti plus haut dans les bois, je ne me suis donc pas soucié d’embarquer mon (très lourd) équipement argentique. Il n’y aura donc pas d’image de l’ours. Parce qu’en gros l’histoire n’est pas totalement imaginaire. J’étais seul au moment de la rencontre avec l’ours (qui se trouvait tout de même un petit peu plus loin que je ne le dis dans ma fiction) et je sais que si je n’avais pas déjà pratiqué un peu les amérindiens à ce moment-là, tu me trouverais toujours perché en haut de mon arbre.

  8. 15 réactions 2-4-2013

    J’aime ton texte qui une fois de plus nous amène loin très loin de notre quotidien ! Quant à l’image j’aime aussi beaucoup avec ces zones séparées par les bâtons, comme une belle illustration d’une conversation  » à bâtons rompus » Belle journée Marco

    • 1238 réactions 2-4-2013

      « A bâtons rompus » ! C’est la deuxième fois, Jacklineg, que tu donnes des leçons au sémiologue que je suis.

  9. 13 réactions 2-4-2013

    Bonjour Marco,
    Il me semblait bien avoir vu du changement. Je pense que tu a aussi modifié le rendu du bâton de droite mon? En tout cas, je trouve la photo plus agréable à regarder au niveau du rendu noir et blanc. Pour le sujet et la compo…impeccable. J’ai un faible pour la culture amérindienne, malgré mes origines de conquistador. Bonne continuation.

    • 1238 réactions 2-4-2013

      Oui, oui : comme annoncé, j’ai suivi scrupuleusement vos recommandations à toi et Lasiate. Autant que le fichier d’origine me le permettait en tous les cas. Pour ma part, je compte bien me refaire une expédition amérindienne un jour ou l’autre. En ce moment, je cherche des contacts auprès de la nation Mohawk (Iroquois) plutôt difficile d’accès.

  10. 32 réactions 2-5-2013

    l’image retrouve une certaine unité avec ce traitement.

    • 1238 réactions 2-9-2013

      Et je te remercie de m’avoir poussé à la retraiter.

  11. 8 réactions 2-7-2013

    Je ne me permettrai pas de porter un jugement sur la qualité de la photo…je ne suis pas assez bonne dans ce domaine !!
    Par contre j’aime ce qu’elle représente.. tes souvenirs, un peuple à la vie si différente et tellement plus « vraie » que la notre.
    Brrrrr… une rencontre avec un ours… j’aurai aussi été morte de peur, tétanisée, je crois !!!! Mais ton histoire est jolie et nous fait sentir combien nous avons perdu nos racines et notre « intimité » avec la nature.
    Bonne journée.

    • 1238 réactions 2-9-2013

      En vérité, je tiens à cette image davantage pour sa dimension documentaire que pour sa qualité technique. Pour la majorité de mes archives argentiques, je travaille sur des scans (de tirage et plus souvent encore de négatifs) et la qualité n’est pas toujours au rendez-vous. Sinon, je crois que tout le monde devrait rencontrer un ours dans sa vie : ça recentre pas mal de choses.

  12. 50 réactions 2-18-2013

    That’s an incredibly beautiful and powerful monochrome. I love the way you’ve captured the interaction, it feels very intimate. Many compliments on this outstanding image.

    • 1238 réactions 2-23-2013

      Thanks Martina !

  13. 15 réactions 2-23-2013

    un superbe traitement noir, et le graine est bien adapté à l’image

    • 1238 réactions 2-23-2013

      Il est d’origine, le grain. Vive l’argentique !

  14. 5 réactions 2-23-2013

    I am glad you got to learn from an Aboriginal nation … i am sure sitting with them and talking with them was an experience that you can cherish. Tell me, how did you get such an opportunity?

    • 1238 réactions 2-25-2013

      Bonjour Emily. Je te réponds en Français, puisque je sais que tu le comprends. L’opportunité de rencontrer les Amérindiens, je me la suis fabriquée. J’étais journaliste alors, sévissais surtout dans le social et n’en pouvais plus de remuer l’arbitraire. L’idée m’est venue alors de lâcher prise et de réaliser un rêve de môme : voir les Indiens ! Les voir vraiment ! J’ai vendu le concept à l’un ou l’autre périodique, leur ai promis du reportage, ai pris l’avion pour Montréal. J’y suis allé comme journaliste de la presse écrite : j’ai donc fait peu de photos, juste ce qu’il faut pour illustrer mes articles. Au bout d’un moment, je t’avoue que je ne me suis plus soucié de me comporter en journaliste. Je suis resté longuement en compagnie des Amérindiens et je sais que j’y retournerai bientôt.

  15. 25 réactions 2-27-2013

    Le texte est génial de par sa « morale » que l’on doit deviner, pour la photo ben oui ce p….. de baton au milieu !

    • 1238 réactions 2-28-2013

      Tu sais : tu peux écrire « putain » en entier : pas de censure dans le secteur. J’ai surtout retenu cette image pour sa dimension documentaire.

  16. 27 réactions 3-31-2013

    Pas facile de donner une seconde vie aux vieilles photos argentiques, mais moi j’aime quand même et puis l’histoire compenserait de toute façon un quelconque d »faut de qualité d’image !

    • 1238 réactions 4-1-2013

      Tu m’a percé à jour, Marie : pour accompagner cette histoire, j’aurais peut-être même cherché une image du catalogue Printemps si je n’avais eu rien d’autre.

flux rss commentaires de ce billet

Laisse quelques mots - Say something - Scrivi

Notifiez-moi des commentaires à venir via email pour ce billet précis. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.