94 - Avril avant l’orage.

Posté par le 31 mars 2012 dans Paris | 54 Réactions

Avril avant l’orage.

J’ai la nostalgie aujourd’hui de ces journées d’avant l’orage. Tous les jours, j’emballais mon ennui de vivre, mon inconsistance, et traçais de longs trajets approximatifs de Charonne à la Place de Clichy, de la Roquette aux Olympiades. Ce qui me motivait dans les parages ne tenait plus qu’à un fil, mais je n’étais pas supposé l’éprouver. J’avais d’autres amertumes à affronter, d’autres douleurs à questionner. Mes certitudes se logeaient dans l’esbroufe et mes incertitudes dans le refoulement. C’était une vie comme toutes les autres en somme. Une vie comme...

Lire la suite →

93 - Dans le silence des cimetières.

Posté par le 20 mars 2012 dans Bruxelles | 25 Réactions

Dans le silence des cimetières.

Dans le silence des cimetières, je songe aux enfants qui meurent. Des enfants que l’on tue sans raison, me dis-je, mais s’il existe tout de même une raison elle est abominable et démente. Je songe aux enfants juifs de Toulouse et au monde noir et froid où l’on tue des enfants parce qu’ils n’ont pas le label local. La mort des enfants de Toulouse est un cri qui perce les croassements partisans de tous les corbeaux politiques. Un cri comme un coup de poing, qui te va droit au ventre et te lacère le cœur et te remue l’œsophage.  Un long cri qui déchire le silence des...

Lire la suite →

92 - Nous voulons tout/Nous prenons tout.

Posté par le 2 mars 2012 dans Ailleurs | 42 Réactions

Nous voulons tout/Nous prenons tout.

Nous voulons tout/Nous prenons tout – We want everything/We take everything – Vogliamo tutto/Prendiamo tutto. Régis Matthey me proposait un entretien sur les pages de son blog cette semaine. D’abord, je l’avoue, je tergiverse un brin dans ma bande : l’univers photo de Régis, c’est du haut-de-gamme, du lauréat de concours, me dis-je. Puis ça affiche du 25 ou 30 ans de moyenne et je vais encore passer pour le dinosaure du cirque, m’affolé-je, le vieux crouton moisi dans la vieille soupe punk. Le temps que je rumine mes états d’âmes, Régis m’a cependant déjà...

Lire la suite →